FLASH INFO :

La Turquie pourrait rompre ses relations diplomatiques avec Israël suite à la décision de Trump sur Jérusalem

TURQUIE / ÉTATS-UNIS - Le président Recep Tayyip Erdoğan a critiqué mardi les Etats-Unis à propos d’un certain nombre de questions, dont notamment la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël et ses relations sournoises avec le groupe terroriste Daech.


« est la ligne rouge pour tous les Musulmans, nous pourrions aller jusqu’à rompre les liens diplomatiques avec  », a déclaré Erdoğan en réponse aux intentions déclarées des Etats-Unis.

« Nous demanderons un sommet de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) à si les Etats-Unis reconnaissent Jérusalem comme la capitale israélienne ».

Erdoğan a une fois de plus critiqué les Etats-Unis pour leurs méthodes de lutte contre le groupe terroriste en Syrie, qui a été largement menée par l’aile syrienne du groupe terroriste , le Parti de l’Union démocratique () et son unité armée People Protection Units (YPG).

« Personne ne peut dogmatiser la Turquie en ce qui concerne la guerre contre Daech, car la Turquie est le seul membre de l’OTAN qui combat directement le groupe terroriste », a-t-il déclaré.

Erdoğan a également fustigé les accords d’évacuation conclus avec les militants de Daech, affirmant que ces terroristes seront utilisés plus tard ailleurs pour perturber la paix et la stabilité au . « Des militants de Daech [mis en liberté] à l’opération de Raqqa seront déployés dans les déserts du Sinaï et en , et ils seront là à partir de maintenant », a-t-il dit.

« Contre qui les Etats-Unis vont-ils utiliser ces camions d’armes amassés à nos frontières? », a interrogé le président. « Contre Daech? Il n’y a plus de Daech là-bas? Contre la Syrie? Non, ils sont dans la même coalition. L’Irak? Ils l’ont déjà envahi. »

« Ils les utiliseront contre l’Iran, ou la Turquie ou la , s’ils osent. »

Erdoğan a ajouté que la Turquie « détruira très bientôt complètement »les groupes en Syrie, liés au PKK.

Concernant le procès en cours aux Etats-Unis d’un directeur général adjoint d’une banque publique accusé d’avoir violé les sanctions contre l’Iran, Erdoğan a déclaré: « Il semble que cette affaire soit maintenue à l’ordre du jour pour que la Turquie abandonne ses gains dans la région. »

Il a de nouveau déclaré que la Turquie n’a violé aucune des sanctions, mais elle est accusée de le faire en raison d’un plus grand affrontement politique interne aux Etats-Unis autour du président américain Donald sur diverses questions.

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action