FLASH INFO :

La langue en arabe en Turquie

ANALYSE - La pénétration des mots d’origine étrangère dans la langue turque suscite diverses polémiques en Turquie entre ceux qui souhaitent en purifier la langue turque et ceux qui tiennent à les conserver. Parmi toutes les langues, celle qui a le plus influencé le turc est sans aucun doute l’arabe avec 6.467 mots empruntés, suivi par le français avec 5.253 mots d’origine française dans la langue turque. La langue arabe conserve-t-elle encore aujourd’hui son importance en Turquie ?

Par Hugues Vincent


Il existe 111.027 mots dans le dictionnaire de la Fondation de la langue turque (Türk Dil Kurumu). Parmi ces mots, 14.981 sont d’origine étrangère. Selon l’historien, l’écrivain et le poète turc Nihat Sami Banarlı amoureux de la langue turque, il est naturel que les nations ayant fondé des Empires et créé des liens avec de centaines de civilisations différentes, aient emprunté des mots d’autres langues. Il est donc tout à fait normal que la ayant tissé de tels liens économiques, culturels et religieux avec le monde arabe ait été sous l’influence de la langue arabe.

Le premier facteur d’influence linguistique : l’adoption de l’ par les Turcs

La langue arabe est la langue de l’Islam. Par conséquent, il est fréquent d’observer dans les pays ayant adopté la religion musulmane l’arrivée d’un nombre significatif de mots arabes dans la langue. Ainsi, on retrouve en tatar, en malais ou en yoruba des mots tels que maktab (bureau), dunyā (monde) et qalam (plume).

En turc, ce ne sont pas moins de six mille mots d’origine arabe qui ont été recensés, ce qui suscite la curiosité, surtout que le nombre d’arabisants en Turquie a augmenté ces dernières années.

Un lien historique avec la langue arabe

Le fruit du rapprochement du pouvoir et de ses provinces administrées, qui s’étendaient, à l’apogée de l’Empire , de l’Algérie actuelle jusqu’au Yémen, fut un prolongement dans la pénétration de mots arabes en turc.

De nos jours, les études ottomanes connaissent depuis plusieurs années un regain d’intérêt, aussi bien en qu’en Turquie et cet intérêt passe par un apprentissage du turc ottoman (Osmanlıca) et finalement, par une certaine maîtrise de l’arabe, vu la quantité importe de mots d’origine arabe dans le vocabulaire.

Bien que les deux langues soient totalement différentes d’un point de vue linguistique, il est certain qu’une connaissance même rudimentaire de l’arabe facilite la tâche, ne serait-ce que pour l’orthographe.

Un document officiel en ottoman

Un nécessaire apprentissage de la langue arabe devant l’intérêt croissant des Arabes pour la Turquie 

De nos jours, l’arabe se révèle être un outil de choix pour le développement des relations diplomatiques et économiques de la Turquie.

Le nombre de arabes visitant la Turquie a considérablement augmenté au cours des 5 dernières années.

Le nombre de touristes venant du monde arabe, particulièrement du Golfe, est en constante augmentation : le quotidien Milliyet fait état de sept millions de touristes arabes entre les années 2013 et 2016. CNN Türk ajoute que selon certaines prévisions, le nombre de visiteurs venant du monde arabe pourrait atteindre les trois millions et demi cette année uniquement.

Il est donc fort probable que la demande d’arabophones dans le secteur du tourisme et des services va s’accroître.

La diffusion en langue arabe au cœur de la étrangère de la Turquie

Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, la région arabophone n’a jamais semblé être aussi trouble et au cœur de périls aussi nombreux. Chaque pays cherche donc à y diffuser sa politique et son point de vue. Pour la Turquie, diffuser en langue arabe répond à son besoin d’expliciter sa politique extérieure ainsi que sa vision de la région et du monde.

La diffusion de la chaîne TRT en langue arabe

Ainsi, dans le mouvement de renforcement des relations turques avec le monde arabe, certains grands médias comme TRT, les canaux publics de télévision et de radio ainsi que le quotidien Yeni Şafak ont commencé à publier en langue arabe.

Le média arabe a, de son côté, lancé en 2014 un canal de diffusion en langue turque.

L’avenir nous dira si l’intérêt des Turcs pour l’arabe, et le rapprochement récent entre ces deux langues est une tendance seulement temporaire tout en sachant qu’en mai dernier, Al Jazeera a déjà stoppé la diffusion de son canal turc sans en donner les raisons.

 

Que pensez-vous de cet article ?

41



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action