FLASH INFO :

Les Kurdes syriens veulent mettre fin au régime des YPG en Syrie

TURQUIE / GUERRE EN SYRIE - Les Kurdes syriens, combattant aux côtés de l’Armée nationale syrienne (ANS) soutenue par la Turquie, ont pour objectif d’expulser les Unités de protection du peuple (YPG) affiliées au PKK de toutes les régions de la Syrie, afin de mettre fin au régime oppressif de l’organisation terroriste sur les habitants.


« Notre peuple, nos familles vivent dans des zones contrôlées par les , où ceux-ci les traitent sans justice, les emprisonnent, les forcent à servir dans leurs milices… Alors, maintenant, les gens nous demandent de les libérer de cette injustice », a déclaré Azad Shabo, commandant de la première division de l’ et capitaine de la brigade kurde Azad.

« Notre objectif est de débarrasser du terrorisme toutes les régions de la Syrie », a-t-il souligné.

La Turquie a lancé l’opération Source de Paix, troisième d’une série d’opérations transfrontalières antiterroristes dans le nord de la Syrie visant les terroristes affiliés aux YPG et Daesh, le 9 octobre.

Shabo a déclaré que malgré le bombardement des zones frontalières turques par les YPG et des victimes civiles, l’ANS s’attend à ce que les terroristes des YPG se retirent des villes pour pouvoir pénétrer dans ces zones sans faire de victimes civiles.

« Le prétend être nationaliste mais bombarde son propre peuple. D’autre part, nous avons pris de nombreux points stratégiques, coupé des routes stratégiques entre Ras al-Ayn et Tal Abyad et Darbasiyah et nous espérons qu’ils se retireront des villes », a-t- il déclaré.

Les attaques aveugles au mortier menées par les YPG sur des zones civiles ont déjà tué de nombreux civils. Jeudi, dans le sud-est du district de Şanlıurfa , trois personnes, dont un bébé de 9 mois et une fille de 11 ans, ont été tuées et 46 civils blessés lors d’attaques au mortier. Lors d’une autre , les YPG ont tué huit civils et en ont blessé au moins 35 autres, lors d’une seule frappe vendredi dernier dans le district de Nusaybin, au  sud-est de la Turquie.

Shabo a ajouté que l’ANS avait saisi de nombreuses armes américaines depuis le début de l’opération, « véhicules, machines, armes légères et moyennes et artillerie… Aujourd’hui, notre division a saisi aussi un véhicule Hummer, des munitions et de nombreuses armes américaines déposées à Ras al-Ayn », a-t-il déclaré.

Depuis l’administration de l’ancien président américain Barack Obama, des milliers de camions chargés d’armes ont été livrés par Washington au groupe terroriste. Bien que Washington ait promis de récupérer les armes fournies aux YPG, les discours ultérieurs de la Maison-Blanche ont changé par la suite, suggérant que les armes ne pouvaient pas être toutes récupérées. Ces armes, selon , probablement été transférées au PKK pour être utilisées dans sa campagne de terreur contre la Turquie, qui compte déjà près de 40.000 morts.

Shabo a souligné que les YPG utilisait la conscription forcée et recrutait en tant que soldats des personnes âgées de 16 à 60 ans, et ce depuis l’opération Rameau d’Olivier.

« De nombreux Arabes, et Turkmènes ne veulent pas faire partie de cette guerre. Au contraire, ils sont heureux de nous voir arriver. Les YPG les prennent, les poussent vers les lignes de front et les utilisent comme boucliers humains », a-t-il déclaré.

Les habitants des zones contrôlées par les YPG subissent depuis longtemps les atrocités commises par cette organisation terroriste, allant d’enlèvements de personnes au recrutement d’, en passant par la torture, le nettoyage ethnique et les déplacements forcés en Syrie.

Des groupes kurdes syriens ont également déclaré vendredi leur soutien à l’opération turque Source de Paix, en soulignant l’oppression des YPG.

« De nombreuses personnes des régions arabes et kurdes capturées par des groupes terroristes ont été forcées de migrer au cours des dernières années. De nombreux Kurdes ont été arrêtés et les droits de l’homme dans la région ont été violés, ce qui nous a rappelé la dictature et la discrimination perpétrées par le régime sous le régime Baas », ont déclaré dans un communiqué commun l’Association indépendante kurde de Syrie et le Front national d’action kurde.

Que pensez-vous de cet article ?

2



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action