FLASH INFO :

Kalın : la Turquie n’abandonnera pas son accord sur les S-400 avec la Russie

TURQUIE / ÉTATS-UNIS - La Turquie n’abandonnera pas son accord avec Moscou pour les missiles S-400 malgré les menaces de sanctions des Etats-Unis, a déclaré jeudi le porte-parole de la présidence turque, İbrahim Kalın.


Dans une interview accordée à la chaîne turque Bloomberg HT, M. Kalın a déclaré que « la Turquie a le dernier mot sur ces questions en tant que nation souveraine et elle décidera des systèmes de à acquérir où et de qui. »

Selon Kalın, le gouvernement sera toujours favorable à de bonnes relations avec les États-Unis, mais la Turquie « n’a jamais été ou ne fera jamais partie d’un accord qui limiterait ses droits souverains ».

Le porte-parole a ajouté que les avertissements de sanctions possibles ne servaient aucun avantage à la relation entre les deux pays, ajoutant que la Turquie prendrait les mesures nécessaires en cas de telles mesures.

« Il n’y a pas de retour en arrière, des accords ont été signés, des signatures ont été apposées, des systèmes de seront livrés l’année prochaine, le transfert de était l’une des choses les plus importantes pour nous. Nous ne voulons pas juste acquérir et utiliser cette , nous voulons la produire », a déclaré Kalın.

Kalın a également déclaré que la Turquie envisagerait d’acheter des missiles Patriot ou d’autres systèmes fabriqués par l’Occident s’ils remplissaient les conditions requises.

Cette semaine, un responsable du Département d’Etat américain a menacé Ankara que l’achat par la Turquie d’avions de combat interarmées Lockheed Martin F-35 serait compromis si elle n’abandonnait pas un plan d’achat de systèmes de défense antimissile S-400. La menace fait suite à une série d’avertissements de Washington au sujet de l’achat des S-400.

En décembre, la Turquie a officiellement signé un accord de 2,5 milliards de dollars avec la pour les S-400, le antiaérien le plus avancé de Russie. Avec le transfert de technologie, la Turquie sera le premier pays membre de l’ à acquérir le système.

Avec les S-400, Ankara vise à construire le premier système de défense aérienne et antimissile à longue portée de la Turquie afin de renforcer ses capacités de défense face aux menaces terroristes du et de Daech et aux conflits en Syrie et en .

De plus, la Turquie cherche à construire ses propres systèmes de défense antimissile car l’accord implique également le transfert de technologie et de savoir-faire. Le système S-400, qui a été introduit en 2007, est la nouvelle génération de systèmes de missiles russes, et jusqu’à présent, la Russie ne les a vendus qu’en Chine et en Inde.

Le premier S-400 devrait être livré début 2020.

Que pensez-vous de cet article ?

1


NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

SONDAGE

  • Selon vous, le pasteur américain Brunson accusé d'espionnage en Turquie sera-t-il libéré ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

  • RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action