FLASH INFO :

Journée commémorative du soi-disant génocide arménien par la France : Erdoğan qualifie Macron de « novice » en politique

TURQUIE / FRANCE - Le président Recep Tayyip Erdoğan a critiqué vendredi le président français Emanuel Macron pour son projet de faire du 24 avril une journée nationale de comméoration du soi-disant « génocide » arménien, affirmant qu’il doit faire tout d’abord face aux crimes commis dans le monde par son pays.


Lors d’une émission diffusée en direct sur les chaînes AHaber et ANews,  le président Erdoğan a déclaré : « J’ai dit à Macron qu’il était encore novice en et qu’il devait apprendre l’ de son pays ».

Le président a poursuivi en affirmant que la Turquie n’avait aucun antécédent de génocide dans son histoire.

Erdoğan a brièvement décrit les atrocités commises par les colonialistes français, à commencer par l’exemple algérien de 1830.

Il a également noté que les colonisateurs français avaient créé un centre pour le commerce des esclaves au Gabon.

Entre 1872 et 1954, plus de 500 000 personnes ont été massacrées par les Français au Vietnam, tandis que des milliers d’autres ont été tuées en entre 1881 et 1884.

Erdoğan a noté que la utilisait de nombreux pays comme colonies, exploitant ses richesses et ses ressources, et tentait de changer la religion et la langue de ces pays, tels que la Guinée, le Bénin, la Mauritanie, le Burkina Faso, le Cameroun, Djibouti, l’Algérie et le Rwanda.

La Turquie réfute les allégations de « génocide » et défend l’idée selon laquelle il s’agit d’une tentative de diffamation du pays. La commémoration annuelle du 24 avril marque la mort d’Arméniens dans l’ orientale au début de la Première Guerre mondiale, lorsque le gouvernement du Comité Union et Progrès (CUP) de l’Empire décida de déporter des Arméniens vers la Syrie alors que certains prenaient parti des envahisseurs russes et se révoltaient.

Les mauvaises conditions, les maladies et les attaques d’unités irrégulières ont fait de nombreuses victimes. n’accepte pas le prétendu « génocide » mais reconnaît qu’il y a eu des victimes des deux côtés pendant la Première Guerre mondiale.

L’Arménie affirme que jusqu’à 1,5 million d’Arméniens ont été tués lors d’un « génocide » perpétré par l’Empire ottoman en 1915. La Turquie accepte les massacres d’Arméniens lors de leur déportation forcée pendant la guerre, mais affirme que le nombre de morts est bien inférieur.

L’Arménie demande la reconnaissance de ces incidents comme un « génocide » afin de faire progresser les relations entre les deux pays voisins.

En avril 2014, Erdoğan, qui était Premier ministre à l’époque, a présenté ses condoléances pour les morts arméniennes survenues en 1915 – une première pour un dirigeant turc alors que le pays gelait les relations diplomatiques avec l’Arménie, à la fois sur le génocide et l’occupation arménienne du Haut-Karabagh, enclave également revendiquée par le proche allié de la Turquie, l’Azerbaïdjan. Cette initiative était considérée comme un pas important vers une possible réconciliation.

De nombreux Arméniens soutiennent que nier les allégations selon lesquelles les événements de 1915 constituaient un « génocide » devrait être un crime, tout comme la négation de l’Holocauste. Les efforts de lobbying de la diaspora arménienne, dont le nombre est élevé, notamment en France et aux États-Unis, ont permis de faire pression aux gouvernements de nombreux pays dans le monde sur la question.

La France a été l’un des premiers États européens à l’avoir reconnu et plus de 20 autres pays l’ont suivi.

Que pensez-vous de cet article ?

42



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

SONDAGE

  • Selon vous, le pasteur américain Brunson accusé d'espionnage en Turquie sera-t-il libéré ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

  • RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action