FLASH INFO :

Istanbullywood au pays des mille et une nuits

ANALYSE - Les séries turques connaissent actuellement un grand succès et ce, même au-delà des frontières de la Turquie. Red’Action se penche sur les origines de ce phénomène.

Par Houda Bouali


Les rues bondées de , les effluves émanant du Bosphore et des cafés empiétant sur le front de mer, les couleurs chatoyantes des monuments stambouliotes pénètrent le cœur, l’âme et l’esprit des Jasmines.

Les acteurs de la Gümüş (traduit comme Noor en arabe)

Depuis la série Gümüş (« Noor » lumière, en arabe), la gente féminine des pays arabes est en ébullition à chaque diffusion d’une série inédite sur les chaînes satellitaires. Ce succès phénoménal dépasse les frontières du monde arabe et s’étend sur le pourtour de la Méditerranée allant jusqu’à se perdre sur les rives des Amériques.

Les séries américaines n’ont qu’à bien se tenir ! Un nouveau venu sur la scène audiovisuelle internationale contrarie cette hégémonie durablement installée. L’« american way of life » est chahuté, bousculé, presque évincé ?

Déferlement de séries turques sur les petits écrans du monde arabe

Depuis fin 2015, la se hisse au premier rang des exportateurs mondiaux de séries. Les feuilletons dramatiques turcs font florès et sont plébiscités par bon nombre de chaînes de langue arabe. Elles font désormais partie du quotidien de millions de téléspectatrices arabes.

Les acteurs principaux de la série turque Kiralık Aşk

L’engouement est tel que les feuilletons ont supplanté les telenovelas et les séries états-uniennes, allant jusqu’à détrôner les séries locales égyptiennes et syriennes, encore appréciées du public dans cette région du monde. Les pays du Moyen-Orient sont les premiers consommateurs de séries turques. En effet, le groupe phare mbc propose pas loin de huit séries sur l’ensemble de ses chaînes. Même les pays du Maghreb cèdent aux sirènes des drames turcs et optent pour une programmation où la culture turque est mise à l’honneur.

La série turque sur la vie de la Sultane Kösem

Le succès est aujourd’hui indéniable et se fait voir dans la programmation des chaînes : ces séries sont diffusées en prime time. Les publics arabes sont ainsi invités à passer leur soirée à admirer une Turquie à différentes époques : actuelle pour Kiralık Aşk et ottomane pour Muhteşem Yüzyıl: Kösem (La suite de la série Le siècle magnifique, avec à l’honneur cette fois non pas le sultan Soliman mais la sultane Kösem). Plus d’une vingtaine de séries fleurissent chaque année sur les chaînes pour le plus grand bonheur des téléspectatrices arabes.

Les raisons d’un tel succès

Le succès s’explique d’abord par un savant cocktail de bals d’acteurs et d’actrices aussi séduisants les uns que les autres. Les actrices principales sont belles, élancées et naïves. Elles sont plutôt de type caucasien (Elçin Sangu, Beren Saat, Meryem Uzerli) avec quelques exceptions (Neslihan Atagül, Demet Özdemir). Les personnages masculins sont virils mais revendiquent un côté romantique et émotif. Ils incarnent une sorte d’idéal pour ces téléspectatrices, non habituées à voir un homme pleurer, par amour ou tristesse. Dans les sociétés arabes, un homme ne pleure pas. Ce n’est pas conventionnel.

Les séries plaisent aussi parce qu’elles abordent des thèmes sociaux : des histoires de familles brisées, l’infidélité, les enfants hors mariage, la gestation pour autrui et le viol. Certaines séries peuvent choquer les téléspectateurs par les thèmes abordés (le viol, la gestation pour autrui) mais le fait de briser ces tabous confère un effet cathartique qui plait aux téléspectatrices.

Mais où est la place de l’audience masculine dans cet univers majoritairement féminin ? Bien que n’étant pas le cœur de cible, les hommes ne sont pas oubliés. Des séries telles la Vallée des Loups ou Le siècle Magnifique présentent des caractéristiques susceptibles de leur plaire.

La série turque appelée « La Vallée des Loups » (« Kurtlar Vadisi » en turc)

Entre les acteurs, les thèmes et les décors nous sommes proches du standard américain encore présent aux écrans. De plus, l’ancrage des scénarios de ces séries dans une tradition musulmane leur confère une valeur ajoutée. En effet, un personnage turc qui prie selon le rite musulman ou une scène d’enterrement où l’imam récite des versets du Coran facilitent aisément l’identification. Ce point est également à mettre en parallèle avec les rôles attribués aux musulmans dans les séries américaines notamment depuis les événements du 11 septembre. Il n’est pas une série américaine qui n’a son terroriste musulman. Il devient dès lors difficile pour un musulman ou un Arabe de se projeter dans ces scénarios. Si nous ajoutons à cela les files d’attente spéciales musulmanes dans les douanes américaines et le récent « muslim ban » de : l’identification autrefois difficile devient quasi impossible.

Le désenchantement est donc total et la rupture bientôt consommée.

Le terreau est donc favorable à l’installation de nouvelles séries venues d’ailleurs, un ailleurs pas si étranger.

D’autres raisons derrières cet engouement

Si nous acceptons de mettre ce succès dans une perspective géopolitique, il apparaît qu’il peut également s’expliquer par trois facteurs : l’ancien Premier ministre désormais Président Recep Tayyip Erdoğan, la modernisation de la Turquie et les victoires politiques de l’.

En effet, Erdoğan est perçu dans l’opinion publique arabe comme l’homme providentiel, celui qui a su démontrer la compatibilité de l’Islam avec la modernité. Il est considéré comme étant celui qui a redonné à la Turquie une place non négligeable sur la scène internationale. Le pays des Tulipes séduit, également, par sa modernisation culturelle, sociale et économique. La Turquie devient une destination de choix pour la classe moyenne arabe, aidée par une entrée sans visas. Enfin, l’AKP a réussi là où d’autres partis politiques musulmans ont échoué. Arrivé au pouvoir par la voie démocratique, il a su y rester par cette même voie contrairement aux Frères Musulmans en Egypte ou Nahda en Tunisie.

Les séries trouvent donc une place de choix dans un paysage audiovisuel arabe en mutation pour des raisons à la fois esthétiques, politiques, sociales et culturelles. Néanmoins, des critiques accusent ces séries de néo-colonisation ottomane ou de néo-ottomanisation.

La renaissance du phénix ottoman de ses cendres

Les milieux musulmans conservateurs voient dans ces séries un objet de corruption des mœurs, allant jusqu’à émettre des fatwas. Ils ne cautionnent pas la présence d’alcool dans les séries, ce qui poussent certaines chaînes à flouter les bouteilles ou les verres la contenant. Ces milieux conservateurs craignent la banalisation de l’alcool dans des pays où la prohibition morale est encore plus prégnante que la prohibition juridique. L’alcool n’est pas le seul sujet de discorde, les relations hors cadre légal dérangent. Les chaînes arabes doivent donc jongler entre toutes ces restrictions, ce qui les contraint à couper certaines scènes qui pourraient être considérées comme portant atteinte à la pudeur.

Outre la critique des milieux conservateurs, la crise politique syrienne impacte l’exportation des séries turques car les sociétés de doublage sont essentiellement syriennes. Or le doublage est « une solution évidemment nécessaire pour pouvoir promouvoir les œuvres télévisuelles turques à l’étranger».

Pour remédier à ce problème, les chaines commencent à traduire les séries dans un dialecte local. La chaîne marocaine 2M a été pionnière dans ce domaine en proposant la série Béni Affet (Pardonne-moi) en dialecte marocain. C’est ainsi qu’on voit des villages berbères ne comprenant pas le syrien avoir accès au « turkish way of life ». Ce mode de vie s’invite même dans les contrées les plus conservatrices du Maroc comme dans les villages rifains. Une légère brise de liberté souffle ainsi sur le Rif et l’Atlas, emportant les téléspectatrices dans un monde onirique contrastant avec leur quotidien.

Enfin, pour protéger son identité culturelle considérée comme menacée, certains pays comme le Qatar ou les Emirats arabes unis vont créer des superproductions appelées « muslim sagas » (Gonsales Quijano). Ces superproductions vont mettre en scène des héros de l’histoire musulmane et venir contrebalancer le poids des séries turques.

L’engouement des séries turques ne semblent pas s’essouffler pour l’instant malgré les difficultés économiques et politiques du pays. Les conservateurs religieux ne semblent pas infléchir la courbe du succès ni même dissuader les téléspectatrices, pas plus que les critiques à l’égard de l’AKP ou les récentes arrestations suite à la tentative de coup d’Etat du 15 juillet.

Que pensez-vous de cet article ?

2


NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

SONDAGE

  • Selon vous, le pasteur américain Brunson accusé d'espionnage en Turquie sera-t-il libéré ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

  • RÉSEAUX SOCIAUX

  • AGENDA

  • Vernissage de peinture : “Le handicap n’est pas un obstacle pour réaliser ses rêves”

    Type d’événement : L’exposition de peinture et séance de dédicaces du livre de l’artiste venu de Turquie Mme Ayşe IŞIK, organisée par le Centre Culturel Franco-Turc d’ Aulnay-Sous-Bois, Sevran, Villepinte et le Consulat Général de Turquie à Paris dans le cadre de la Journée internationale des personnes handicapées

    Date : Le dimanche 28 janvier 2018 

    Heure : 14h00

    Adresse : Consulat Général de Turquie à Paris au 44 Rue de Sèvres 92100 Boulogne-Billancourt

    Merci de confirmer votre présence par email : barisayse@live.fr

    Une course publique organisée dimanche à Istanbul pour sensibiliser le public au sujet de Jérusalem

    Date : Le dimanche 14 janvier 2018 

    Heure : 10h30

    Lieu   : Point de départ / Fontaine du 15 juillet à Çengelköy, Point d’arrivée / Pont des Martyrs du 15 juillet 

    Le film documentaire Kedi sur les chats errants d’Istanbul

    Actuellement en salles de cinéma en France

    Première sortie : 10 février 2017 (États-Unis)

    Réalisatrice : Ceyda Torun

    Lancement du site web du média Red’Action

    Type de l’événement : Lancement du site web du média Red’Action : www.redaction.media

    Date : le 16 décembre 2017

    Horaires : 15h00-19h00

    Lieu : Paris 

    L’amitié germano-ottomane exposée à l’Ambassade de Turquie à Berlin à travers les photographies du sultan Abdülhamid II

    Type de l’événement : Exposition de photographies sur l’histoire des relations germano-ottomanes à travers des photographies

    Date : 29 novembre-22 décembre

    Lieu : Ambassade de Turquie à Berlin

    La 5ème édition du Halal Expo se déroule à Istanbul

    Type de l’événement : La 5ème édition du Halal Expo 

    Date : 23-25 novembre 

    Lieu : Centre de Congrès Lütfi Kırdar à Istanbul 

    Istanbul accueillera la plus grande exposition dédiée aux inventions du génie italien Leonardo Da Vinci

    Type de l’événement : Exposition dédiée aux inventions de Leonardo Da Vinci

    Date : 14 décembre 2017- 7 avril 2018

    Lieu : Musée İstanbul UNIQ 

    Le pianiste turcophile Stéphane Blet donne un concert à Antalya

    Nom de l’événement : Concert de Stéphane Blet au 18e Festival International de Piano d’Antalya 

    Date : le 4 novembre 2017

    Horaire : 20h30

    Lieu : Antalya AKM, Salle Aspendoos 

                
  • Red'Action