FLASH INFO :

La Hongrie prête à coopérer avec la Turquie sur la zone de sécurité en Syrie

TURQUIE / GUERRE EN SYRIE - Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, a déclaré que Budapest était prête à travailler avec la Turquie sur la zone de sécurité dans le nord de la Syrie.


Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, a déclaré que Budapest était prête à travailler avec la Turquie sur la zone de sécurité dans le nord de la Syrie.

S’exprimant mardi en marge du sommet du Conseil turcique en , M. Szijjarto a déclaré que la résolution du problème des réfugiés syriens dans le pays profiterait à la Hongrie.

« Si la Turquie établissait une zone de sécurité en Syrie afin de garantir le retour des familles obligées de quitter la Syrie, la Hongrie coopérerait volontiers avec la Turquie », a-t-il déclaré.

Le ministre a ajouté que la Hongrie ne voudrait pas voir « des centaines de milliers ou des millions » de migrants arriver à ses frontières.

Selon Szijjarto, la Hongrie préférerait que la Turquie réinstalle des millions de réfugiés en Syrie plutôt que d’ouvrir ses frontières pour rejoindre l’Europe.

La Turquie a lancé l’opération , troisième d’une série d’opérations antiterroristes transfrontalières dans le nord de la Syrie, ciblant les terroristes affiliés aux unités syriennes du et Daesh, le 9 octobre à 16 heures.

L’opération, menée conformément au droit du pays à la légitime issu du droit et des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, vise à établir une zone de sécurité exempte de pour le retour des Syriens dans la zone située à l’est de l’Euphrate, contrôlée par les États-Unis.

Le PKK, considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’, mène depuis plus de 30 une campagne terroriste contre la Turquie, causant la mort de près de 40.000 personnes, dont des femmes, des enfants et des nourrissons.

La Turquie a longtemps décrié la menace terroriste à l’est de l’Euphrate, dans le nord de la Syrie, en promettant une action militaire pour empêcher la formation d’un « corridor terroriste » à cet endroit.

Depuis 2016, les opérations turques Bouclier de l’Euphrate et Rameau d’Olivier dans le nord-ouest de la Syrie ont libéré la région des terroristes YPG / PKK et Daesh, permettant à près de 400.000 Syriens ayant fui la violence de rentrer chez eux.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action