FLASH INFO :

Haftar lance un « appel aux armes » contre une éventuelle intervention de la Turquie en Libye

TURQUIE / INTERNATIONAL - L’appel du maréchal renégat Khalifa Haftar intervient un jour après que le Parlement à Ankara a approuvé le déploiement de troupes en Libye.


Le maréchal renégat Khalifa a appelé les Libyens à prendre les en réponse à une éventuelle intervention militaire de la Turquie visant à défendre le gouvernement reconnu par l’ONU à Tripoli.

Le gouvernement d’union nationale (GNA) assiégé à Tripoli, dirigé par Fayez al-Sarraj, est l’objet d’attaques soutenues depuis avril par Haftar, dont la soi-disant Armée nationale libyenne (LNA) soutient une administration rivale basée dans l’est de la pays.

Le Parlement turc a approuvé jeudi le déploiement de troupes en Libye après avoir reçu une demande de soutien militaire du gouvernement de Sarraj, qui est reconnu par la communauté internationale.

« Nous acceptons le défi et déclarons le jihad et la mobilisation générale », a déclaré Haftar lors d’une allocution télévisée vendredi.

Il a exhorté « tous les Libyens » à porter les armes, « hommes et femmes, soldats et civils, pour défendre notre terre et notre honneur ».

Il a dit qu’il ne s’agissait plus de libérer Tripoli des milices, mais de « faire face à un colonisateur », accusant de vouloir « reprendre le contrôle de la Libye », ancienne province de l’.

Le GNA a sollicité le soutien de la Turquie alors qu’il repousse une offensive des forces de Haftar, qui contrôlent l’Est et ont anéanti le sud de la Libye au début de 2019.

Entre-temps, vendredi, les forces de Haftar ont déclaré avoir effectué des frappes aériennes dans plusieurs endroits, notamment au sud de la ville de Syrte et à Tripoli. Syrte se trouve au centre du littoral libyen, sur la ligne de démarcation entre les factions en guerre.

Une augmentation des frappes aériennes et des bombardements à Tripoli et dans les environs a causé la mort d’au moins 11 civils depuis début décembre et a fermé des établissements de et des écoles, selon la mission des Nations Unies en Libye.

Mahmoud Abdelwahed d’Al Jazeera, qui rapporte depuis la capitale libyenne, a déclaré que plus d’une douzaine de roquettes avaient frappé Tripoli vendredi.

« Il y a un état de panique dans la ville. Les gens sont en colère, en particulier ceux des zones qui ont été ciblées par les roquettes », a déclaré Abdelwahed.

« Selon le gouvernement, 20 roquettes ont atterri dans la ville. L’aéroport a été fermé et les écoles suspendues dans la zone ciblée. Ce n’est pas la première fois que cette partie de la ville est touchée par des roquettes tirées par les forces de Haftar », a-t-il ajouté.

L’offensive de Haftar à Tripoli a rapidement décroché dans la périphérie de la ville, mais a conduit à une implication internationale accrue dans le conflit. La Turquie a soutenu le GNA tandis que Haftar a reçu le soutien des Émirats arabes unis et de l’Égypte.

Des mercenaires russes ont également été déployés auprès de l’armée nationale libyenne d’Haftar pendant plusieurs mois, selon des diplomates et des analystes.

Que pensez-vous de cet article ?

41



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action