FLASH INFO :

La Grèce rejoindrait la France si elle entrait en guerre en Syrie, selon un député grec

TURQUIE / GUERRE EN SYRIE - Un membre du parlement du parti de la Nouvelle Démocratie, parti au pouvoir en Grèce, a déclaré mercredi qu’Athènes rejoindrait la France si cette dernière entrait dans le conflit en Syrie.


Un membre du parlement du parti de la Nouvelle Démocratie, parti au pouvoir en Grèce, a déclaré mercredi qu’ rejoindrait la si cette dernière entrait dans le conflit en Syrie.

« Si la France était impliquée dans la guerre, la Grèce participerait également », a déclaré Angelos Syrigos, lors d’un entretien avec une chaîne de télévision grecque dans le nord de la Syrie.

La Turquie et l’Armée nationale syrienne ont lancé mercredi leur opération contre les groupes terroristes dans le nord de la Syrie.

La France, aux côtés des États-Unis, a déjà apporté son soutien au YPG, accueillant ses dirigeants à plusieurs reprises à Paris pour des entretiens.

Le président français Emmanuel Macron a invité mardi un haut responsable des YPG à s’entretenir « pour montrer que la France se tient aux côtés des Forces démocratiques syriennes (), partenaires dans la lutte contre Daesh. Nous sommes très inquiets de la possibilité d’une opération turque en Syrie », a déclaré un assistant présidentiel à l’AFP.

La Turquie a déclaré que le groupe terroriste et son extension syrienne YPG constituaient la plus grande menace pour l’avenir de la Syrie, mettant en péril l’intégrité territoriale et la structure unitaire du pays. La majeure partie du nord-est de la Syrie est contrôlée par les FDS, dominés par les terroristes des YPG.

La Turquie a également souligné qu’il était inacceptable de soutenir des terroristes sous prétexte de combattre Daesh, comme l’a fait la France.

La ministre française des Affaires européennes, Amélie de Montchalin, a déclaré mercredi que la France, l’Allemagne et la travaillaient sur une déclaration commune « qui sera extrêmement claire sur le fait que nous condamnons fermement » la campagne turque.

La Turquie envisage de réinstaller 2 millions de Syriens dans une zone de sécurité de 30 km de large qui doit être créée en Syrie et qui s’étend de l’Euphrate à la frontière irakienne, en passant par Manbij. Cependant, la présence de groupes terroristes tels que les YPG risque de compromettre ce projet.

Au cours de ses plus de 30 de campagne terroriste contre la Turquie, le PKK – considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’ – a causé la mort de quelques 40.000 personnes, dont des femmes, des enfants et des nourrissons.

Que pensez-vous de cet article ?

211



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action