FLASH INFO :

Gilets jaunes : l’arroseur arrosé, la France devenue cible de critiques mondiales

OPINION - Alors que le mouvement des gilets jaunes se poursuit à grande vitesse malgré les nouvelles mesures annoncées par le président Macron lors de son allocution du 10 décembre, les pays auxquels la France était habituée à « faire la morale » lui font remarquer qu’elle n’est plus « un modèle » en matière de démocratie et de droits de l’homme et qu’elle devrait cesser de donner des leçons aux autres pays du monde. Bien évidemment la France a du mal à digérer ce message. Preuve : les politiques et médias dénoncent un par un « l’ingérence des pays étrangers dans leurs affaires intérieures ». Zoom sur le paradoxe français.

Par Öznur Küçüker Sirene


Alors que le soutien populaire ne cesse n’augmenter envers les manifestations des avec un taux record de 70-80% de la société française, une chose est sûre : le discours tant attendu du président Emmanuel en réponse aux n’était pas à la hauteur des attentes des centaines de milliers de personnes qui manifestent depuis quatre semaines à travers toute la France.

S’il y avait « quelques cadeaux » de Noël comme l’augmentation de 100 euros sur le SMIC, rien de concret sur la violence policière, l’humiliation vécue par les manifestants, le mépris des classes populaires…

Au contraire le discours commençait avec des phrases loin de toute empathie : « les événements de ces dernières semaines dans l’Hexagone et les Outre-mer ont profondément troublé la nation », « ces violences ne bénéficieront d’aucune indulgence », « aucune colère ne justifie qu’on s’ à un policier, à un gendarme, qu’on dégrade un commerce ou un bâtiment public », « quand la violence se déchaîne, la liberté cesse »

Si le président français a certainement raison de dénoncer les actes de vandalisme et de provocation, aurait-il dû vraiment commencer un discours tant attendu avec ces phrases devant des millions de personnes en colère, qui attendaient sincèrement des réponses à leurs questions et revendications ? N’aurait-il pas dû également dire quelques mots pour exprimer sa tristesse au sujet de tous ces manifestants qui ont perdu un œil, une main, leur « vie », leur dignité et honneur devant des CRS qui ont même fait agenouiller des lycéens devant un mur ? Était-cela son sens de justice et d’équité sociale ? Était-ce cela sa stratégie d’apaisement social ?

Rappelons que c’est le même président qui appelait le président Recep Tayyip Erdoğan à respecter “l’Etat de droit” en lui rappelant le cas des journalistes emprisonnés et le non respect des droits de l’homme.

Aujourd’hui, pendant que les images et vidéos d’une violence inouïe circulent sur les réseaux sociaux avec une femme tirée violemment par les cheveux, un gilet jaune tabassé dans un Burger King ou encore un handicapé gilet jaune agressé par des CRS, les semblent se soucier plus des “condamnations” (perçues comme des “surréalistes” par ces médias !) des présidents , Erdoğan ou Poutine que ces scènes de violence scandaleuses !

Pire encore, alors que certains médias vont jusqu’à prétendre que Poutine financerait les mouvements sociaux en et qu’il y aurait donc une ingérence russe dans les manifestations des gilets jaunes, d’autres médias précisent carrément l’origine ethnique des “casseurs” avec des titres comme “ : des communistes turcs parmi les casseurs ? ».

Si un pays se trouve la légitimé de critiquer et condamner systématiquement d’autres pays du monde en matière de démocratie et de droits de l’homme, ne devrait-il pas justement être irréprochable dans ces domaines ?

Les manifestations des gilets jaunes ont permis au peuple français d’ouvrir les yeux sur les manipulations médiatiques et politiques qu’il subit tous les jours : lorsque BFM TV accusé d’avoir diffusé de fausses images dans le but de créer de l’audience, s’excuse en affirmant qu’il s’agissait d’une “maladresse”, le peuple français n’est plus dupe.

Les médias qui font systématiquement recours aux titres “vendeurs”, chocs, provocateurs sur les autres pays et présidents du monde, en les qualifiant de “dictature”, “islamiste”, “totalitariste” utilisent aujourd’hui ses mêmes techniques contre leur propre peuple en faisant d’eux des “provocateurs”, “casseurs” et “voyous” tout en occultant au maximum les violences et humiliations que subit ce peuple.

Après quatre semaines de manifestations à travers tout le pays, il est temps que les responsables politiques et médias se posent les bonnes questions sur leurs responsabilités et devoirs envers le peuple français mais aussi les autres peuples du monde. Si informer de manière neutre et éthique sans exagération, mensonge et tentative de provocation devrait être la priorité des médias français, rester objectif, coopératif et compréhensif envers le système et social des autres pays du monde devrait être la base de la étrangère des responsables politiques français.

Espérons que la gestion des manifestations et la colère populaire se servent de leçons aux médias et politiques français pour qu’ils aient une approche plus digne de la France auprès des autres peuples et pays du monde !

Que pensez-vous de cet article ?

121


NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

SONDAGE

  • Selon vous, le pasteur américain Brunson accusé d'espionnage en Turquie sera-t-il libéré ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

  • RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action