FLASH INFO :

La garde côtière turque empêche le ministre grec de la Défense d’approcher les îlots Kardak de la mer Égée

TURQUIE / INTERNATIONAL - La garde côtière turque a empêché dimanche le ministre grec de la Défense d’approcher deux îlots turcs dans la mer Égée, selon le ministère turc de l’Intérieur.


Les gardes côtières turques ont mis en garde Panos Kammenos, qui se dirigeait vers les îlots Kardak situés à 3,5 miles au large de la côte de Bodrum en Turquie, dans un bateau d’assaut pour y déposer une couronne de fleurs.

Suite à l’avertissement, le bateau grec a quitté les eaux territoriales turques sans autre incident.

Dans un communiqué, le ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu, a déclaré que les unités de la garde côtière « ont fait ce qui était nécessaire ».

Selon une déclaration des forces armées turques, des navires de la marine et des gardes côtières ont empêché un navire de la marine grecque d’entrer dans les eaux territoriales turques près de Kardak, également connu sous le nom d’Imia en grec.

Un différend de plusieurs décennies entre la Turquie et la Grèce au sujet des îlots inhabités de la mer Égée a amené les deux pays au bord d’un conflit armé en 1996 et a conduit à de nouvelles tensions cette année.

Les îlots Kardak sont une paire de deux petits îlots inhabités, situés entre la chaîne d’îles grecque du Dodécanèse et la côte sud-ouest de la Turquie.

La crise a été déclenchée lorsqu’un navire turc a fait naufrage près des îlots le 25 décembre 1995. La Grèce a affirmé que l’accident avait eu lieu dans ses eaux territoriales, ce que la Turquie a nié, affirmant que les îlots appartenaient à la Turquie.

L’armée grecque a envoyé un soldat pour planter le drapeau grec sur un îlot à l’est, ce qui a entraîné le déploiement de troupes des deux pays autour des îlots.

La seule femme Premier ministre de la Turquie, Tansu Çiller, a déclaré à l’époque que la Turquie était prête pour une opération militaire et a envoyé des troupes dans l’îlot pour planter le drapeau turc.

Les tensions ont été désamorcées à l’époque. Le président Bill Clinton, les délégués américains et le sous-secrétaire de l’OTAN ont échangé avec les deux parties et la situation a été ramenée à la normale.

Dans un mouvement provocateur similaire l’année dernière, Kammenos a survolé les îlots avec un hélicoptère pour lancer des couronnes de fleurs commémorant trois soldats grecs, Christodoulos Karathanasis, Panagiotis Vlahakos et Ektoras Gialopsos, qui ont été tués lors d’une mission de reconnaissance lorsque leur hélicoptère qui décollait de la frégate grecque Navarino s’est écrasé le 31 janvier 1996, au plus fort de la crise.

Le contrôle des eaux territoriales dans la mer Égée demeure un problème problématique entre les deux pays. Citant des traités bilatéraux et internationaux, la Turquie affirme que les deux pays ont des eaux territoriales et un espace aérien de six milles marins autour de leur continent et de leurs îles respectifs.

En revanche, la Grèce, invoquant le droit international, veut augmenter ses eaux territoriales à 12 milles marins, ce qui laisserait pratiquement toute la mer Egée sous contrôle grec. Par une motion parlementaire en 1995, la Turquie a déclaré une action unilatérale en faisant valoir que, si la Grèce devait étendre la frontière à 12 milles marins, cet acte serait considérée comme un « casus belli » (occasion de guerre).

 

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX