FLASH INFO :

La France veut établir un dialogue étroit avec la Turquie au sujet des combattants de Daech

TURQUIE / FRANCE - La France souhaite établir un dialogue étroit avec la Turquie dans la lutte contre le terrorisme et acceptera les 11 terroristes de Daech qui seront expulsés par la Turquie, ont annoncé mardi des responsables.


La question des terroristes de Daech est une préoccupation majeure pour la sécurité de la comme pour la Turquie, a déclaré la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères français, Agnès Von Der Mühll, dans un communiqué écrit. Elle a poursuivi en affirmant que la situation de ces terroristes serait discutée lors de la réunion de la internationale contre Daech à Washington mercredi.

« Dans la lutte contre Daech engagée depuis plusieurs années, la France et la Turquie ont pris soin de coordonner étroitement les cas dans lesquels des ressortissants français liés à Daech se trouvent sur le territoire turc, sous le contrôle des autorités turques », a déclaré Florence Parly, ministre française de la Défense.

Parly a noté que le président Emanuel Macron envisage de rencontrer les chefs d’État turc, britannique et allemand à ce sujet.

Auparavant, la ministre française de la Défense, Florence Parly, avait déclaré ne pas avoir connaissance de l’expulsion par la Turquie de combattants français de Daech en France.

Dans le même temps, le ministre français de l’Intérieur, Christophe Castaner, a déclaré que son pays accepterait les 11 terroristes de Daech actuellement détenus par la Turquie.

Il y a environ 500 citoyens français dans des camps et des prisons détenus par les Unités de protection du peuple (), branche syrienne du dans le nord de la Syrie, dont au moins 60 militants, a rapporté Reuters.

« Nous effectuons actuellement des travaux pour rapatrier onze citoyens français », a déclaré M. Castaner aux législateurs.

Il a noté que la Turquie peut rapatrier les terroristes conformément à un accord signé en 2014.

Quelque 250 citoyens français ont été rapatriés depuis 2014 dans le cadre de l’accord, a-t-il déclaré.

Frustrée par l’indifférence de l’ à l’égard de plus de 1 100 combattants étrangers détenus, la Turquie a commencé à extrader des terroristes de Daech. Le ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu, a récemment déclaré que la Turquie n’était « pas un hôtel pour les terroristes de Daech » et que le pays extraderait les terroristes détenus vers leurs pays d’origine, même s’ils étaient déchus de leur nationalité.

La question du rapatriement des citoyens qui se sont battus pour Daech en Syrie reste un problème de division en Europe, de nombreux pays refusant d’accepter les terroristes.

La Turquie a critiqué les pays occidentaux pour avoir refusé de rapatrier leurs citoyens qui étaient partis rejoindre Daech en Syrie et en . Bien que la Convention de de 1961 ait rendu illégal le fait de laisser des apatrides, plusieurs pays, dont la Grande-Bretagne et la France, ne l’ont pas encore ratifiée et des cas récents ont déclenché de longues batailles juridiques. Le Royaume-Uni à lui seul a privé la citoyenneté à plus de 100 personnes qui auraient adhéré à des groupes terroristes à l’étranger.

Que pensez-vous de cet article ?

4



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action