FLASH INFO :

« La France est bien le dernier pays à pouvoir donner des leçons à la Turquie »

TURQUIE / FRANCE - La France est le dernier pays à pouvoir donner des leçons à la Turquie sur le génocide et l’histoire, a annoncé vendredi le ministre turc des Affaires étrangères dans son communiqué de presse publié cette semaine suite à la parution dans le journal officiel en France du décret instaurant une commémoration annuelle, le 24 avril, du soi-disant « génocide arménien » de 1915.


Lors de la réunion de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN à dans le sud du pays, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt a déclaré : « La France devrait faire face à sa sombre histoire au Rwanda et en  ».

Au cours de leur lutte pour l’indépendance du régime colonial français, quelque 1,5 million d’Algériens sont tombés en martyr, tandis que des centaines de milliers d’autres ont été blessés, ont disparu ou ont été chassés de chez eux.

L’Algérie a demandé à plusieurs reprises à la France de reconnaître ses crimes de l’époque coloniale.

La position de la Turquie sur les événements de 1915 est que la mort d’ dans l’est de l’Anatolie a eu lieu lorsque certains se sont alliés avec les envahisseurs russes et se sont révoltés contre les forces ottomanes. Une relocalisation ultérieure des a fait de nombreuses victimes.

La Turquie s’oppose à la présentation de ces incidents en tant que « génocide » mais décrit les événements de 1915 comme une tragédie dans laquelle les deux côtés ont subi des pertes.

a proposé à plusieurs reprises la création d’une commission mixte d’historiens de Turquie et d’, ainsi que d’experts internationaux, pour aborder le problème.

Violente altercation entre Çavuşoğlu et une députée macroniste

Lors de la réunion de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN en Turquie, une députée française LREM a pris la parole pour se dire « choquée » par les critiques turques et rejeter la version de l’histoire « écrite par les vainqueurs ».

Son intervention a suscité une réplique de Mevlüt Çavuşoglu, qui s’en est violemment pris à la France et à Emmanuel :

« En termes de génocide et d’histoire, la France est bien le dernier pays à pouvoir donner des leçons à la Turquie parce que nous n’avons pas oublié ce qu’il s’est passé au Rwanda et en Algérie. Vous pouvez continuer à regarder les choses de haut mais nous continuerons à vous remettre à votre place de cette façon. »

A la suite de cet accrochage, Sonia Krimi et la délégation française participant à la réunion ont quitté la salle en signe de protestation.

Echange de tweets

« Quand l’arrogant @MevlutCavusoglu se permet de vous donner des leçons en arrogance et politesse avec arrogance et impolitesse ! », a par la suite écrit sur Twitter la députée française, ajoutant à sa publication les hashtags #24avril et #genocidearmenien.

Affirmant ensuite que le chef de la turque l’avait bloquée sur le réseau social, Sonia Krimi a ajouté : « Quelle belle leçon de démocratie et de diplomatie ! ».

Le porte-parole de la présidence turque, İbrahim Kalın, a partagé sur Twitter un article listant « les tâches sombres de l’histoire de France », ajoutant que « ni leur passé colonialiste, ni leur présent égocentrique ne leur garantit de supériorité morale ».

« Leur objectif n’est pas seulement de s’en prendre à l’histoire de la Turquie, mais de condamner son présent et son avenir. Ils n’y arriveront pas », a-t-il insisté.

Que pensez-vous de cet article ?

174


NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

SONDAGE

  • Selon vous, le pasteur américain Brunson accusé d'espionnage en Turquie sera-t-il libéré ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

  • RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action