FLASH INFO :

La France augmente son soutien militaire aux YPG / PKK dans le nord de la Syrie

TURQUIE / FRANCE - L’armée française renforce sa présence dans le nord de la Syrie, avec des soldats français repérés dans au moins cinq zones occupées par les Unités de protection du peuple (YPG) liées au PKK, a rapporté vendredi un rapport.


Selon des sources d’information locales fiables de l’Agence Anadolu, plus de 70 militaires membres des forces spéciales françaises sont présents en Syrie, sous l’égide de la Coalition internationale anti-Daech, à Ayn el Arab (Kobané) dans le Nord de la Syrie, au Mont Mashtnour (Sud) dans le district Sirrin, dans le village d’Ayn Isa et, enfin, dans l’usine française de fabrication de ciment, Lafarge, dans le village de Harb Ishq.

Au sud de , plus de 30 troupes françaises sont également stationnées aux côtés des YPG.

Les troupes françaises et américaines dans la région mèneraient des opérations sur le terrain avec les terroristes des YPG.

Le 9 juin 2016, l’Agence France-Presse (AFP) a rapporté que des forces spéciales françaises avaient été stationnées dans des zones contrôlées par les YPG, citant le ministère français de la Défense comme leur source.

En plus des forces spéciales, le 1er régiment d’infanterie de marine (1 RPIMA) et le 10e commando de parachutistes (CPA 10) sont également présents dans la région.

Bien que sur le dossier, ces troupes sont censées être stationnées dans le nord de l’Irak, elles franchissent souvent la frontière dans le nord de la Syrie. Les sections locales ont déclaré aux AA qu’au cours des trois derniers jours, les passages frontaliers en Syrie par les troupes françaises ont augmenté.

Les rapports arrivent un jour après que le président français Emmanuel a promis un soutien politique accru aux YPG et aux Forces démocratiques syriennes () dans le nord de la Syrie lors d’une réunion avec les dirigeants des groupes terroristes.

La déclaration de la présidence française après la réunion a déclaré que Macron espère qu’« un dialogue peut être établi entre les FDS et la avec l’aide de la France et de la communauté internationale ».

Par ailleurs, les dirigeants du groupe terroriste ont déclaré à Reuters que la France avait promis d’envoyer des troupes à Manbij, dans le nord de la Syrie, pour soutenir les FDS après la réunion de jeudi.

La Turquie a promis de prendre des initiatives pour chasser les forces des YPG et des FDS de Manbij si les Etats-Unis ne tiennent pas leurs promesses de retirer le groupe terroriste et d’arrêter de les armer.

Le président turc a fermement condamné vendredi les déclarations de Macron.

« La Turquie est très attristée par l’approche totalement erronée de la France vis-à-vis de la Syrie », a déclaré M. Erdoğan, ajoutant que les propos d’une intermédiation entre la Turquie et les FDS dominées par les YPG étaient « bien au-delà des limites ».

Le ministre des Affaires étrangères, Mevlüt , a téléphoné vendredi à son homologue français Jean Yves Le Drian.

« J’ai demandé au ministre français des Affaires étrangères, Le Drian, ce qu’il penserait si le président Erdoğan accueillait les dirigeants d’un groupe terroriste qui attaquait la France au palais présidentiel à Ankara », a déclaré Çavuşoğlu lors d’une conférence de presse, notant que le groupe terroriste a provoqué la mort de plus de 40 000 personnes en Turquie.

La société française de construction Lafarge a ouvert une cimenterie dans le nord de la Syrie en 2010.

À partir de la deuxième année de la guerre civile, l’entreprise a soudoyé le groupe terroriste Daesh pendant un an et demi afin de poursuivre ses activités dans ce pays.

Plus tard, les terroristes des YPG financés par les États-Unis se sont emparés de l’usine et ont commencé à l’utiliser comme leur base.

Que pensez-vous de cet article ?

6



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action