FLASH INFO :

Le footballeur allemand d’origine turque Mesut Özil met un terme à sa carrière internationale

TURQUIE / INTERNATIONAL - Mesut Özil a annoncé dimanche qu’il ne jouerait plus pour l’équipe nationale allemande après avoir été victime de discrimination raciale pour son origine turque et qu’il a été pris pour responsable de l’échec de l’Allemagne lors de la Coupe du monde 2018 en Russie.


« C’est avec un cœur lourd et après beaucoup de réflexion que je ne jouerai plus pour l’, à cause des événements récents, aussi longtemps que je ressens du racisme et du manque de respect à mon égard », a expliqué lors de plusieurs déclarations successives, ce dimanche, sur ses comptes Twitter et Instagram.

Tenu pour responsable par la presse allemande de l’élimination prématurée de l’équipe d’Allemagne lors de la Coupe du Monde 2018 en , le meneur de jeu Mesut Özil a répondu, dimanche, aux multiples critiques, au sujet de sa rencontre avec le président Erdoğan en Angleterre.

Le meneur de jeu de la Mannschaft a partagé ses impressions en expliquant que « comme beaucoup de personnes, mes origines ne sont pas liées qu’à un seul pays. « Alors oui, j’ai grandi en Allemagne, mais les racines de ma sont fermement ancrées en . J’ai deux cœurs : un allemand et l’autre turc…», a-t-il expliqué.

« Ma mère m’a toujours appris à être respectueux et à ne jamais oublier d’où l’on venait, et ce sont encore des valeurs qui me tiennent à cœur aujourd’hui », a lancé l’ allemand.

Ne niant pas ses multiples rencontres avec le président de la Turquie, Recep Tayyip Erdoğan, ainsi qu’avec la chancelière allemande, Angela Merkel, Mesut Özil a expliqué qu’il n’est pas « un politicien et qu’il est tout simplement un joueur de football ».

« Pour moi, faire une photo avec le président n’était en aucun cas politique, il s’agissait juste de respecter le plus haut dignitaire de mon pays… Je ne voulais pas manquer de respect aux racines de mes ancêtres, qui auraient été fiers de ce que je suis devenu aujourd’hui… Que ce soit un dirigeant allemand ou turc, ma réaction aurait été la même…», a indiqué le joueur d’Arsenal très remonté contre les médias germaniques.

Özil a aussi été très affecté par la censure des partenaires de la fédération de football en Allemagne (DFB), enlevant les images du joueur dans les clips publicitaires pendant la durée de la compétition, ainsi que le désistement de deux sponsors lors d’une aide caritative pour des enfants en difficulté dans une école à Gelsenkirchen.

La direction de l’école aurait même notifié à la star allemande, qu’elle ne souhaitait pas s’afficher avec le footballeur par peur de représailles à cause de la photo prise avec Erdoğan à Londres.

Mesut Özil n’a pas manqué de charger le président de la Fédération de football allemande, Reinhard Grindel, pour ses propos discriminatoires envers sa personnalité, ce dernier expliquant à plusieurs reprises le lien, assez absurde, entre la double du joueur et l’élimination de la sélection lors du précédent Mondial.

« Pour Grindel et ses fans, je suis allemand quand l’équipe gagne mais je deviens immigrés quand l’équipe perd… Mes amis Lukas Podolski et Miroslav Klose n’ont jamais été considérés comme Allemand-Polonais par exemple, mais quand c’est moi on m’appelle Turco-Allemand? Est-ce mes origines qui dérangent ? Est-ce que c’est la Turquie? Ou peut-être parce que je suis musulman? », a fustigé le binational.

Dans cette longue déclaration écrite sur les réseaux sociaux, le joueur allemand a conclu son communiqué en indiquant qu’il prenait sa retraite internationale à contre cœur au vu des accusations inacceptables lors de cette polémique qui n’avait pas lieu d’être.

Le père du sportif, Mustafa, avait littéralement montré la voie pour son fils en critiquant fermement les différents protagonistes en leur envoyant un message très fort, il y a quelques semaines.

« Si j’étais lui, je mettrais un terme à ma carrière ! Il est déçu, offensé, vexé… Ses propres supporters l’ont hué… Il ne comprend pas », avait lâché le père du joueur.

Véritable héros en 2014, lors de la victoire de la Mannschaft au Brésil, Özil a longtemps été considéré comme un véritable exemple d’intégration avec sa double culture qu’il n’a jamais niée.

Pour rappel, Mesut Özil a été élu 5 fois meilleur joueur allemand, en 2011, 2012, 2013, 2015 et 2016.

Le meneur de jeu des Gunners a participé à 92 rencontres sous les couleurs de l’Allemagne et marqué 23 buts.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action