FLASH INFO :

Les États-Unis et Israël quittent officiellement l’UNESCO

INTERNATIONAL - Israël s’est officiellement retiré de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).


En octobre 2017, Israël avait annoncé qu’il quitterait l’agence des Nations unies, citant ce qu’il qualifiait de “partialité” de l’UNESCO envers les Palestiniens.

La décision de retrait est entrée en vigueur mardi.

Le retrait est essentiellement procédural, mais porte un nouveau coup à l’UNESCO, cofondée par les États-Unis après la Seconde Guerre mondiale pour promouvoir la paix.

L’administration Trump a déposé son avis de retrait en octobre 2017 et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a suivi le pas.

L’organisation basée à Paris a été dénoncée par ses détracteurs comme un creuset de parti pris anti-israélien: blâmée pour avoir critiqué l’occupation israélienne de Jérusalem-Est, qualifiant de sites juifs antiques comme sites du patrimoine palestinien et octroyant la pleine adhésion à la Palestine en 2011.

Les États-Unis ont exigé une “réforme fondamentale” de l’agence, mieux connue pour son programme du patrimoine mondial visant à protéger les sites et les traditions culturelles. L’UNESCO s’emploie également à améliorer l’éducation des filles, à promouvoir la compréhension des horreurs de l’Holocauste et à défendre la liberté des médias.

Les retraits n’auront pas d’incidence financière considérable sur l’UNESCO, car elle subit une réduction considérable depuis 2011, date à laquelle Israël et les États-Unis ont cessé de payer leurs contributions après le vote de la Palestine en tant qu’État membre. Depuis lors, les responsables estiment que les États-Unis – qui représentent environ 22% du budget total – ont accumulé 600 millions de dollars de cotisations non payées, ce qui est l’une des raisons qui ont motivé la décision du président Donald Trump de se retirer. Israël doit environ 10 millions de dollars.

La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a pris ses fonctions juste après l’annonce du retrait par Trump.

Selon des responsables, bon nombre des raisons invoquées par les États-Unis pour justifier leur désistement ne s’appliquent plus, notant que, depuis lors, les 12 textes sur le Moyen-Orient adoptés à l’UNESCO ont été consensuels entre Israël et les États membres arabes.

En avril de cette année, l’ambassadeur d’Israël auprès de l’UNESCO a déclaré que l’atmosphère était “comme un mariage” après que les nations membres aient signé une résolution de compromis sur la “Palestine occupée” et que les diplomates de l’UNESCO se félicitent de la possibilité d’une avancée des tensions israélo-arabes de longue date.

Cependant, le document était encore assez critique vis-à-vis d’Israël, et les efforts n’étaient pas suffisants pour encourager les États-Unis et Israël à reconsidérer leur décision de retrait.

Ces dernières années, Israël a été exaspéré par des résolutions répétées qui ignorent et diminuent son lien historique avec la Terre Sainte.

Auparavant, le département d’Etat américain avait déclaré aux responsables de l’UNESCO que les États-Unis avaient l’intention de rester engagés à l’UNESCO en tant qu ‘”État observateur” non membre sur des questions “non politisées”, y compris la protection des sites du patrimoine mondial, la défense de la liberté de la presse et la promotion de la collaboration scientifique et de l’éducation.

Les États-Unis pourraient potentiellement demander ce statut lors des réunions du Conseil exécutif de l’UNESCO en avril.

Que pensez-vous de cet article ?

211



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX