FLASH INFO :

Les Etats-Unis expriment leurs inquiétudes au sujet de la « situation humanitaire » à Afrin

TURQUIE / ÉTATS-UNIS - Les Etats-Unis ont exprimé leurs inquiétudes au sujet de la situation humanitaire dans la région d’Afrin en Syrie, affirmant que des milliers de « personnes déplacées » ne sont pas autorisées à retourner chez elles.


Le 20 janvier, la Turquie a lancé l’opération « Rameau d’Olivier» pour éradiquer les militants des Unités de protection du peuple () d’Afrin. Le 18 mars, les troupes soutenues par la Turquie ont déclaré le contrôle total du centre-ville d’Afrin, qui était contrôlé par les depuis 2012.

« Nous avons exprimé de graves préoccupations au sujet de la situation humanitaire à Afrin au cours des dernières semaines et des derniers mois. Cela reste une préoccupation pour nous aujourd’hui », a déclaré Heather Nauert, porte-parole du département d’Etat américain, lors d’un point de presse le 3 mai.

« Nous avons observé cette situation très attentivement à Afrin. 140 000 personnes ont été déplacées d’Afrin et, autant que nous le sachions, elles ne sont pas autorisées à rentrer dans leurs foyers et leurs communautés », a-t-elle ajouté.

« Nous appelons toutes les parties concernées, tous les acteurs concernés opérant dans le nord-ouest – dont la Turquie, la Russie et la Syrie – à fournir un accès aux organisations humanitaires internationales et à permettre aux gens de rentrer chez eux. Ils ne peuvent pas être contraints de rentrer chez eux, mais nous aimerions qu’ils soient ramenés à la maison ou qu’ils puissent rentrer chez eux en toute et aussi rapidement que possible », a déclaré M. Nauert.

Liberté de la presse

Interrogée sur la liberté de la presse en Turquie, la porte-parole a déclaré que les soutenaient l’objectif d’une amélioration de la liberté des médias en Turquie.

« Nous soulevons la question directement avec le gouvernement turc à plusieurs reprises. Nous continuons à le souligner. Nous le faisons non seulement face à face avec nos homologues, mais aussi à travers diverses institutions multilatérales », a-t-elle déclaré.

« Il y a plus de journalistes emprisonnés en Turquie que dans n’importe quel autre pays du monde. C’est une grande préoccupation », a ajouté M. Nauert.

L’achat de missiles russes par la Turquie

Nauert a également répondu aux questions concernant les plans de la Turquie d’acheter le système de aérienne russe .

Selon la porte-parole, Washington a « de sérieuses inquiétudes concernant l’acquisition potentielle du système S-400 par la Turquie ».

« Sous l’OTAN vous êtes seulement supposé acheter des armes et d’autres matériels interopérables avec d’autres partenaires de l’OTAN », a déclaré Nauert.

« Nous ne voyons pas cela comme étant interopérable. Nous entretenons évidemment de solides relations commerciales en matière de défense avec le gouvernement de la Turquie, et nous continuerons de leur faire part de nos préoccupations concernant toute vente en suspens ou quoi que ce soit de ce genre », a-t-elle ajouté.

En décembre dernier, la Turquie a annoncé qu’elle avait conclu un accord avec la Russie pour l’achat de deux systèmes S-400 d’ici la fin de 2019.

Le 3 avril, le président et le président russe Vladimir ont déclaré à qu’ils avaient accepté de raccourcir la durée de la livraison des systèmes. La livraison devrait débuter fin 2019 ou début 2020.

La Russie a commencé la production du système de défense antiaérienne S-400 pour la Turquie, a déclaré le directeur général de l’entreprise, Roskoronexport, Alexander Mikheev, le 25 avril.

 

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action