FLASH INFO :

Erdoğan : La zone de sécurité près de la frontière doit être contrôlée par la Turquie

TURQUIE / ÉTATS-UNIS - Une zone de sécurité proche de la frontière entre la Syrie et la Turquie doit être contrôlée par la Turquie, a déclaré samedi le président Recep Tayyip Erdoğan.


Erdoğan a déclaré samedi à la chaîne CNNTürk et à la chaîne Kanal D : « Si une doit être établie le long de la frontière turque, cette zone doit être sous notre contrôle. Nous ne pouvons pas prendre de précautions après que des roquettes frappent notre terre; nous devons prendre ces précautions à l’avance ».

Erdoğan a fait ces commentaires après qu’un haut responsable américain a déclaré que le pays laisserait environ 400 en Syrie, ce qui traduit un changement de position de la part du président Donald Trump.

Le président turc a souligné que la Turquie ne permettrait pas à cette zone de devenir une zone de sécurité contrôlée pour les organisations terroristes après le retrait des forces américaines de Syrie.

À la mi-décembre, le président américain Donald Trump a annoncé que les États-Unis retireraient ses troupes de Syrie, affirmant que la seule raison pour laquelle les se trouvaient en Syrie était de vaincre Daech, ce qui, selon lui, était accompli.

La Turquie a maintenu des échanges diplomatiques intenses avec son allié de l’OTAN afin de résoudre le problème des Unités de protection du peuple (), branche syrienne du PKK. Dans le cadre de ces efforts, Erdoğan et Trump ont discuté du jeudi dernier lors d’un entretien téléphonique. Au cours de l’appel, les présidents ont discuté des derniers développements en Syrie, réitérant leur engagement commun à lutter contre le et se sont engagés à soutenir un règlement du conflit.

Erdoğan a noté que la ville d’, située dans le nord-ouest de la Syrie, est importante, car 300 000 personnes pourraient fuir la ville et se rendre en Turquie si la sécurité n’y était pas établie.

Erdoğan a déclaré que le président américain Donald Trump l’avait invité aux États-Unis, mais il lui avait dit qu’il s’attendait à ce qu’il se rende d’abord en Turquie.

Erdoğan a indiqué qu’il pourrait se rendre à Washington après les élections locales du 31 mars ou que le président américain pourrait également se rendre en Turquie.

« Nous avons une relation positive avec M. Trump, ce qui nous permet de résoudre beaucoup de problèmes de manière plus simple », a déclaré Erdoğan.

Que pensez-vous de cet article ?

4



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action