FLASH INFO :

Erdoğan : La Turquie pourrait fermer la base aérienne d’Incirlik face aux menaces américaines

TURQUIE / ÉTATS-UNIS - Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a déclaré qu’Ankara riposterait contre toute sanction américaine imposée.


La pourrait fermer sa base aérienne d’İncirlik qui abrite des ogives nucléaires américaines en réponse aux menaces de , a averti le président .

« S’il nous est nécessaire de prendre une telle mesure, nous avons bien sûr l’autorité … Nous fermerons İncirlik si nécessaire », a déclaré Erdoğan dimanche sur A Haber TV.

Les sénateurs américains ont soutenu la semaine dernière la législation visant à imposer des sanctions à la Turquie concernant l’achat du système russe de défense antimissile S-400 plus tôt cette année et sa récente dans le nord de la Syrie.

İncirlik est une base aérienne clé utilisée par l’armée de l’air turque située à l’extérieur de la ville d’Adana, à environ 150 km de la frontière syrienne. Depuis novembre 2011, l’armée de l’air américaine a piloté des drones depuis la base et l’a utilisée pour effectuer des raids aériens contre les terroristes de Daech.

Les États-Unis stockent des nucléaires à İncirlik dans le cadre de l’héritage de la guerre froide.

La Turquie peut également fermer la base radar de Kürecik si nécessaire, a-t-il ajouté. Kürecik, dans l’est de la Turquie, est une base clé de l’OTAN.

« S’ils nous menacent de la mise en œuvre de ces sanctions, bien sûr, nous riposterons », a-t-il déclaré.

Parlant d’une résolution distincte adoptée au Sénat américain vendredi reconnaissant les massacres d’Arméniens à la fin de la Première guerre mondiale comme « génocide », a déclaré que le projet de loi était « complètement politique ».

Il a suggéré que la Turquie pourrait répondre par des résolutions parlementaires reconnaissant les assassinats d’Amérindiens au cours des siècles passés comme génocide.

Les votes du Sénat américain, qui ont été immédiatement condamnés par la Turquie, ont été considérés comme la dernière initiative visant à pousser le président américain Donald Trump à prendre une position plus dure contre .

L’administration Trump n’a jusqu’à présent pas imposé de sanctions bien que le président ait signé en 2017 une loi sur les sanctions qui impose des sanctions financières aux pays qui travaillent avec l’armée russe.

Au milieu de relations bilatérales déjà tendues, Washington a suspendu Ankara du programme américain d’avions de chasse furtifs F-35, dont il était producteur et acheteur, afin de le pénaliser pour avoir acheté le système de russe.

S’exprimant lors d’une conférence au Qatar samedi, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu a déclaré que la Turquie n’annulerait pas son accord avec la Russie sur les S-400 « quelles qu’en soient les conséquences ».

Que pensez-vous de cet article ?

4



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action