FLASH INFO :

Erdoğan : la Turquie n’envisage pas de faire de nouveaux investissements

TURQUIE / ÉCONOMIE - La Turquie n’envisage pas de faire de nouveaux investissements afin de freiner les dépenses et de mettre un terme à la baisse de la livre turque, a déclaré le président Recep Tayyip Erdoğan.


Dans un discours prononcé le 14 septembre, Erdoğan a noté que les ministères examinaient leurs plans et n’envisageraient pas de nouveaux investissements.

“Nous n’envisageons pas de nouveaux investissements pour le moment”, a-t-il déclaré, s’adressant aux responsables provinciaux du Parti de la justice et du développement (AKP), à Ankara.

Ceux qui ont été réalisés à plus de 70% seraient complétés dans le but de ne pas mettre les constructeurs dans une mauvaise position, a-t-il ajouté, mais « tous nos ministères examineront les stocks d’investissements ».

Dans un autre discours prononcé le 13 septembre, Erdoğan a également souligné le lancement d’un mouvement global d’épargne dans le secteur public, ajoutant que les ressources financières seraient investies dans les projets les plus proches de l’achèvement.

“D’autre part, nous ne lancerons pas de projets qui ont à peine été lancés ou qui n’ont même pas encore été soumissionnés”, a-t-il déclaré devant la Confédération des commerçans et des artisans turcs (TESK).

De nombreux grands projets ont marqué la dernière décennie en Turquie, depuis le nouvel aéroport d’Istanbul, dont l’ouverture est prévue le 29 octobre, jusqu’au tunnel Avrasya, un tunnel routier reliant les deux côtés d’Istanbul, et le troisième pont du Bosphore Yavuz Sultan Selim.

Il y a d’autres projets de grande envergure qui n’ont pas encore commencé, y compris le projet Canal Istanbul.

Le ministre du Trésor et des Finances, Berat Albayrak, qui annoncera les détails d’un plan économique à moyen terme la semaine prochaine, a également promis des mesures de réduction des coûts et des dépenses plus efficaces.

« Afin d’assurer le solde budgétaire d’ici la fin de l’année, nous allons générer 35 milliards de livres d’épargne. Le déficit budgétaire sera réalisé en dessous de 2%. Nous allons rendre ces économies permanentes », a déclaré Albayrak, cité par le journal Sabah le 14 septembre.

Afin de produire une efficacité importante dans le secteur public, le gouvernement mettra en place un bureau de transformation des coûts, a-t-il ajouté.

La Turquie se bat contre une inflation à deux chiffres, qui a bondi à près de 18% en août, et à la baisse de la livre turque qui a atteint son plus bas niveau historique face au dollar il y a un mois. La livre se négociait à 6,1 le 14 septembre contre le billet vert.

Que pensez-vous de cet article ?

3



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz