FLASH INFO :

Erdoğan : « La Turquie ne fera jamais de compromis sur l’accord de Sotchi sur Idlib »

TURQUIE / GUERRE EN SYRIE - Le président turc a déclaré que la Turquie poursuivra les terroristes où qu’ils se trouvent, comme le permet l’accord de 1998.


La ne fera jamais de compromis sur l’ sur et elle s’attend à ce que l’accord soit mis en œuvre, a déclaré mercredi le président du pays.

S’adressant aux journalistes à son retour d’, Recep Tayyip Erdogan a déclaré : « Nous voulons tout ce que l’accord de Sotchi contient. Nous ne pouvons pas faire de compromis sur cette question, et tout ce qui est nécessaire doit être fait. »

Lors de ses appels téléphoniques la semaine dernière avec le président russe Vladimir Poutine, la chancelière allemande Angela et le président français Emmanuel Macron, au cours desquels les dirigeants se sont mis d’accord sur une réunion à Idlib pour le 5 mars, Erdoğan a déclaré que le lieu de la réunion « sera probablement Istanbul. »

Depuis que la Turquie et la sont parvenues à un accord sur Idlib en 2018 en vertu duquel les actes d’agression sont censés y être interdits, plus de 1300 civils ont été tués dans la zone de désescalade.

À la suite des attaques intenses du régime d’Assad et de ses alliés, plus d’un million de Syriens ont afflué vers la frontière turque.

Depuis le déclenchement de la sanglante guerre civile en Syrie en 2011, la Turquie a accueilli quelque 3,7 millions de Syriens en fuite, faisant de la Turquie le premier pays d’accueil de réfugiés au monde.

« La présence de la Turquie en Syrie est basée sur l’accord d’Adana de 1998 »

Condamnant les détracteurs qui qualifient la présence de la Turquie dans le nord de la Syrie – de l’autre côté de la frontière turque – d’« invasion », Erdoğan a rappelé l’accord d’Adana de 1998 entre la Turquie et le gouvernement syrien d’alors.

« La Turquie est ici [en Syrie] sur la base de l’accord d’Adana », a-t-il déclaré. « Quel est le processus dans l’affaire Adana? Vous suivrez les groupes terroristes où qu’ils aillent. C’est ce que fait la Turquie, et en ce moment nous poursuivons les organisations terroristes », a déclaré Erdoğan, ajoutant que ces groupes terroristes sont le , les , le PYD, Daech et d’autres groupes terroristes.

Depuis 2016, la Turquie a lancé un trio d’opérations antiterroristes réussies à travers sa frontière dans le nord de la Syrie pour empêcher la formation d’un couloir terroriste et permettre un règlement pacifique par les habitants : les opérations Bouclier de l’Euphrate (2016), Rameau d’Olivier (2018) et Source de Paix (octobre 2019).

Signé à Adana, dans le sud de la Turquie, en 1998, cet accord visait à apaiser les inquiétudes d’Ankara concernant la présence du groupe terroriste PKK en Syrie. Au cours de sa campagne terroriste de plusieurs décennies, le PKK a tué 40 000 personnes en Turquie, dont des femmes, des enfants et des nourrissons. Il est également répertoriée comme organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’Union européenne. Les YPG sont la filiale du PKK en Syrie.

Aux termes de cet accord, la Syrie a reconnu le PKK comme un groupe terroriste et a interdit toutes ses activités et celles de ses groupes affiliés sur le territoire du pays.

Le régime syrien a garanti qu’il n’autoriserait aucune activité « émanant de son territoire visant à compromettre la sécurité et la stabilité de la Turquie ».

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action