FLASH INFO :

Erdoğan : La Turquie frappera toute cible considérée comme une menace dans l’espace aérien d’Idlib

TURQUIE / GUERRE EN SYRIE - Aucun élément militaire ou aérien représentant une menace pour la Turquie ne sera en sécurité dans la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, a déclaré mercredi le président Recep Tayyip Erdoğan, notant que la Turquie n’hésitera pas à frapper des cibles qui représentent une menace directe pour l’armée dans la région.


Lors de la réunion du groupe parlementaire de son parti à Ankara, Erdoğan a déclaré : « Les avions qui ont bombardé des civils à ne voleront plus aussi librement ».

Le président a déclaré que les termes de l’accord de Sotchi ne sont plus efficaces depuis que le régime et d’autres l’ont violé de manière flagrante.

Les commentaires d’Erdoğan faisaient suite à deux attaques du régime Assad, qui ont tué 13 soldats turcs, un entrepreneur civil et fait 45 autres blessés dans le nord-ouest de la province d’Idlib.

« Ceux qui continuent de parler des droits de l’homme, des enfants, des femmes et des préoccupations civiles, sont dans un profond silence face à toutes ces attaques. Nous savons également que certaines des déclarations de préoccupation concernant Idlib ne sont pas motivées par le respect de la vie humaine et la dignité, mais par d’autres motifs », a déclaré le président.

Il a souligné que quiconque cible la « doit savoir qu’il en paiera le prix partout, pas seulement sur le site de l’ ».

Pendant ce temps, Erdoğan s’est entretenu au téléphone avec son homologue russe Vladimir . Les deux dirigeants ont discuté de la dernière situation à Idlib en Syrie.

Comme le Kremlin l’a déclaré mercredi, l’importance de la pleine mise en œuvre des accords diplomatiques entre les deux pays a été soulignée lors de l’appel téléphonique, et il a été décidé que de nouveaux entretiens se tiendraient dans ce but.

Idlib est un bastion de l’opposition et des groupes armés antigouvernementaux depuis le début de la guerre civile syrienne en 2011.

En septembre 2018, la Turquie et la sont convenues de faire d’Idlib une zone de désescalade dans laquelle les actes d’agression sont expressément interdits.

Cependant, plus de 1800 civils ont été tués dans les attaques du régime et des forces russes depuis lors, bafouant à la fois le de 2018 et un nouveau qui a commencé le 12 janvier.

Que pensez-vous de cet article ?

11



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action