FLASH INFO :

Erdoğan : La Turquie écrasera les terroristes du PKK/YPG s’ils ne se retirent pas dans les 120 heures

SOURCE DE PAIX - Le président Recep Tayip Erdoğan a déclaré que la Turquie écraserait le groupe terroriste du PKK et sa filiale syrienne, les unités de protection du peuple (YPG), s’ils ne se retiraient pas dans les 120 heures convenues de la zone de sécurité au nord de la Syrie.


Le président Recep Tayip Erdoğan a déclaré que la Turquie écraserait le groupe terroriste du et sa filiale syrienne, les unités de protection du peuple (YPG), s’ils ne se retiraient pas dans les 120 heures convenues de la au nord de la Syrie.

« Nous écraserons les têtes des terroristes s’ils ne se retirent pas dans les 120 heures », a déclaré Erdoğan.

Le président a également indiqué qu’il s’entretiendrait avec le président russe Vladimir Poutine au sujet des zones du nord de la Syrie où les forces du régime d’ étaient déployées, lors de sa visite à Sochi la semaine prochaine.

« Les forces du régime sont présentes dans une partie de la zone de l’opération antiterroriste turque dans le nord de la Syrie. Je vais en discuter avec Poutine », a-t-il déclaré.

Cependant, il a averti que la Turquie « appliquerait ses propres plans » si elle ne parvenait pas à trouver une solution.

S’exprimant peu de temps avant Erdoğan, le ministre de la Défense Hulusi Akar a déclaré que les troupes turques dans le nord de la Syrie étaient prêtes à poursuivre leurs opérations si l’accord avec Washington, prévoyant la suspension du conflit, n’était pas pleinement appliqué.

« Nous avons suspendu l’opération pendant cinq jours. Dans ce délai, les terroristes doivent se retirer de la zone de sécurité, leurs armes seront récupérées et leurs positions détruites. Si cela ne se produit pas, nous poursuivrons l’opération », a déclaré Akar.

« Nos préparatifs sont prêts. Avec l’ordre nécessaire, nos soldats sont prêts à aller n’importe où », a-t-il déclaré à la foule lors d’un événement à Kayseri.

La Turquie et Washington ont convenu jeudi de suspendre l’opération pendant 120 heures, le temps que les terroristes des YPG se retirent d’une zone de sécurité dans le nord-est de la Syrie.

La Turquie a lancé l’opération Source de Paix, troisième d’une série d’opérations antiterroristes transfrontalières dans le nord de la Syrie, ciblant les terroristes affiliés aux unités syriennes du et Daesh, le 9 octobre à 16 heures.

L’opération, menée conformément au droit du pays à la légitime issu du droit et des résolutions du Conseil de sécurité des , vise à établir une zone de sécurité exempte de terrorisme pour le retour des Syriens dans la zone située à l’est de l’Euphrate, contrôlée par les États-Unis.

Le PKK, considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’, mène depuis plus de 30 une campagne terroriste contre la Turquie, causant la mort de près de 40.000 personnes, dont des femmes, des enfants et des nourrissons.

La Turquie a longtemps décrié la menace terroriste à l’est de l’Euphrate, dans le nord de la Syrie, en promettant une action militaire pour empêcher la formation d’un « corridor terroriste » à cet endroit.

Depuis 2016, les opérations turques Bouclier de l’Euphrate et Rameau d’Olivier dans le nord-ouest de la Syrie ont libéré la région des terroristes / PKK et Daesh, permettant à près de 400.000 Syriens ayant fui la violence de rentrer chez eux.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action