FLASH INFO :

Erdoğan : la Turquie a partagé des enregistrements du meurtre de Khashoggi avec l’Arabie saoudite, les Etats-Unis, l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne

TURQUIE / INTERNATIONAL - La Turquie a partagé des enregistrements du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi avec l’Arabie saoudite, les États-Unis, l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, a déclaré samedi le président Recep Tayyip Erdoğan.


Des sources turques ont déclaré précédemment que les autorités avaient un enregistrement audio censé documenter le meurtre.

« Nous avons partagé les enregistrements. Nous les avons partagés avec l’Arabie saoudite, nous les avons partagés avec Washington, les Allemands, les Français, les Anglais. Ils sont tous au courant puisqu’ils ont tous écouté les conversations et tout le reste », a-t-il déclaré dans un discours à la télévision.

Avant son départ pour la pour assister aux commémorations du 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, Erdoğan a déclaré que l’Arabie saoudite savait que l’assassin de Jamal faisait partie d’un groupe de 15 personnes qui sont arrivées en un jour avant le meurtre du 2 octobre.

« Les 15 personnes qui sont venues à Istanbul [en provenance d’Arabie saoudite], qui font également partie des 18 personnes détenues par les autorités saoudiennes, savent sûrement qui a tué Jamal Khashoggi et où se trouve son corps », a déclaré Erdoğan. « Les meurtriers font sûrement partie de ces 15 ou 18 personnes, inutile de chercher ailleurs. »

Erdoğan a également critiqué la position des autorités saoudiennes. « Le procureur général saoudien est arrivé en Turquie pour échapper aux médias », a-t-il déclaré, évoquant la visite du plus haut procureur d’Arabie saoudite, Saud Al-Mujib d’obtenir des informations sur l’affaire et sa rencontre avec le procureur général en chef d’Istanbul, İrfan Fidan, qui dirige la enquête.

Erdoğan a également appelé les responsables saoudiens à révéler les éléments du dissident restés sans réponse.

Khashoggi, un chroniqueur du critiquant le gouvernement saoudien et son souverain de facto, le prince héritier Mohammed ben Salmane, a été porté disparu le 2 octobre après être entré au consulat pour obtenir des documents attestant de la procédure de mariage. Après avoir initialement nié et ensuite minimisé l’incident en tant que bagarre, l’Arabie saoudite a reconnu que le meurtre du journaliste était prémédité et qu’il est décédé des suites d’une « opération non autorisée ».

Dans le même temps, le président français Emmanuel Macron et son homologue américain Donald Trump conviennent que davantage de détails doivent être fournis par l’Arabie saoudite sur le décès du journaliste Khashoggi, a rapporté samedi l’agence Reuters citant des sources proches de la présidence française. Macron et Trump se sont rencontrés à Paris pour discuter de questions de sécurité et de relations bilatérales en marge des cérémonies commémoratives de la Première Guerre mondiale.

En conséquence, les deux dirigeants ont convenu que l’affaire ne devrait pas entraîner de nouvelles déstabilisations au Moyen-Orient; et les retombées de l’affaire Khashoggi pourraient ouvrir la voie à une résolution de la guerre civile en cours au Yémen.

Erdoğan a également déclaré qu’il pourrait rencontrer le président américain Donald Trump à Paris lors des commémorations.

« Quand nous irons à Paris, nous essaierons de saisir une opportunité et nous organiserons une réunion bilatérale », a déclaré Erdoğan avant son départ.

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action