FLASH INFO :

Erdoğan : La Turquie a déjà créé un couloir de paix de 10 km de profondeur en Syrie

SOURCE DE PAIX - La Turquie a déjà créé un couloir de paix d’une profondeur de 10 km en Syrie, de Tal Abyad à Jarablus, a déclaré le président Recep Tayyip Erdoğan dans un entretien en direct avec la chaîne de télévision TRT.


La a déjà créé un couloir de paix d’une profondeur de 10 km en Syrie, de Tal Abyad à Jarablus, a déclaré le président dans un entretien en direct avec la chaîne de télévision TRT, exhortant les États-Unis à extrader un terroriste lié au et figurant sur la liste des personnes recherchées par Interpol. .

Le président Erdoğan a déclaré que la Turquie créerait un poste d’observation près de , dans le nord-est de la Syrie.

Concernant les promesses manquées des États-Unis concernant Manbij, Erdoğan a déclaré que Washington avait annoncé à qu’ils quitteraient la région dans les 90 jours, mais que cela faisait maintenant un an et demi et que les n’étaient toujours pas partis.

« A qui appartient Manbij ? Aux terroristes? Manbij est une région à majorité arabe à 85% », a déclaré Erdoğan, ajoutant que les civils avaient été forcés de quitter leurs maisons après la prise de la ville par les terroristes des YPG (Unités de protection du peuple) liées au PKK.

Le président a poursuivi en soulignant une fois encore que la Turquie souhaitait instaurer la sécurité dans la région afin de faciliter le retour des civils dans leurs foyers.

« Une zone d’interdiction de vol est hors de question concernant la présence turque en Syrie. Nous serons à au moins 10 kilomètres de profondeur en Syrie, ce qui facilitera notre intervention contre les éventuels actes terroristes des YPG », a-t-il déclaré.

Le président a expliqué le dilemme concernant la ville de ‘Ayn al-Arab, également appelée Kobané : en effet, les États-Unis demandent à la Turquie d’éviter la ville, tandis que la Russie lui demande d’y entrer. « Nous prendrons une décision en fonction de l’évolution de la situation », a déclaré le président.

La Turquie a lancé l’opération Source de Paix, troisième d’une série d’opérations antiterroristes transfrontalières dans le nord de la Syrie, ciblant les terroristes affiliés au groupe syrien syrien du PKK et Daesh, le 9 avril, à 16 heures.

Erdoğan a indiqué que le chef du groupe des YPG, Ferhat Abdi Şahin (Mazloum Kobani) était recherché par un mandat « rouge » d’Interpol, ajoutant que les États-Unis devaient le livrer à la Turquie.

Le ministre de la Justice, Abdülhamit Gül, a également déclaré que Washington devait extrader le chef du terroriste à son arrivée aux États-Unis.

« Les États-Unis ont fait livrer au moins 30.000 camions d’armes à des groupes terroristes en Syrie. Nous sommes partenaires de l’OTAN, pourquoi ne nous donnent-ils pas les munitions ? », a demandé le président turc.

Erdoğan a également critiqué les dirigeants et hommes politiques allemand, français et américain, qui ont rencontré des membres de l’organisation terroriste.

Concernant le président américain Donald , Erdoğan a déclaré que était « sincère » dans leurs conversations.

« Il a agi aussi honnêtement que possible jusqu’à présent dans nos relations personnelles. Je vais me rendre aux États-Unis, maintenant qu’il y a une atmosphère positive entre nos pays », a-t-il déclaré à propos d’une visite à Washington programmée pour le 13 novembre. Les deux dirigeants discuteront des développements récents dans le nord de la Syrie et des relations bilatérales au cours de la visite.

« Nous n’avons pas de problème avec les , ce sont nos frères. Le problème pour nous, ce sont les groupes terroristes », a répété Erdoğan.

Erdoğan a également abordé la réaction négative de la Ligue arabe face à l’opération de la Turquie. « La réaction de la Ligue arabe à notre opération Source de Paix est étrange, étant donné qu’elle a expulsé la Syrie de l’union. La Turquie aide activement les Arabes de la région alors qu’ils les attaquent avec des barils d’explosifs », a-t-il déclaré.

« La Ligue arabe n’a jusqu’à présent abordé aucun des problèmes du monde islamique », a-t-il ajouté.

Mardi, la Turquie est parvenue à un accord avec la Russie sur un plan en dix points visant à créer une zone de sécurité sans dans le nord de la Syrie. Elle a réaffirmé son attachement à l’unité et à l’intégrité territoriale de la Syrie.

Selon l’accord, les terroristes du PKK / YPG se retireront dans un délai de 150 heures à 30 kilomètres de la frontière turque et les forces de sécurité turques et russes y effectueront des patrouilles conjointes.

Que pensez-vous de cet article ?

2



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action