FLASH INFO :

Erdoğan : « Les troupes turques se dirigent vers la Libye »

TURQUIE / INTERNATIONAL - Des unités militaires turques ont été déployées pour soutenir le gouvernement légitime de la Libye contre les forces illégitimes de Haftar, suite à la décision du Parlement turc d’envoyer des troupes.


La a commencé à déployer des soldats en après que le Parlement a approuvé une motion en réponse à l’appel du pays pour l’envoi des troupes turques la semaine dernière, a annoncé dimanche le président .

S’exprimant dans une interview diffusée avec CNN Türk, le président Erdoğan a déclaré que des unités militaires turques avaient commencé à être déployées en Libye pour soutenir le gouvernement d’union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, basé à Tripoli.

Faisant remarquer qu’il y avait actuellement 2 500 soldats du groupe paramilitaire russe Wagner et 6 000 soldats du Soudan en Libye, le président a demandé : « Pourquoi ne devrions-nous pas y aller lorsque le gouvernement légitime nous le demande? ».

« Le devoir de nos soldats là-bas est la coordination. Ils développeront le centre d’opérations là-bas. Nos soldats sont envoyés progressivement en ce moment », a-t-il dit.

Le centre d’opération vise à agir ensemble en coordination avec les troupes des forces armées légitimes de Libye, qui font face à une menace militaire de la part de forces soutenues par des forces étrangères basées dans l’est du pays.

Erdoğan a également souligné que l’objectif de la Turquie n’était « pas de se battre » mais « de soutenir le gouvernement légitime et d’éviter une tragédie humanitaire ».

Il a ajouté que la Turquie ne déploierait pas ses propres forces de combat. « Pour le moment, nous aurons différentes unités servant de force de combat », a-t-il dit.

De hauts responsables militaires turcs coordonneraient la « force de combat », a expliqué Erdoğan, partageant leur expérience et leurs informations pour soutenir Tripoli.

« L’Organisation nationale du renseignement turque (MİT) s’acquitte avec diligence de ses fonctions en Libye », a déclaré Erdoğan.

« L’armée turque formera des groupes visant à protéger la structure étatique légitime de la Libye », a ajouté le porte-parole du Parti de la Justice et du Développement (Parti AK) Ömer Çelik, plus tard dans la journée.

La semaine dernière, le Parlement turc a adopté une motion autorisant le déploiement de troupes en Libye pour un an afin de répondre aux menaces de groupes armés illégitimes et d’autres groupes terroristes travaillant contre les intérêts nationaux des deux pays.

La résolution vise également à assurer la sécurité en Libye face à une éventuelle migration de masse et à fournir aux Libyens une .

Les forces turques pourront lancer une opération et une intervention militaire pour protéger les intérêts de la Turquie et éviter de futures situations irréparables.

Accords Turquie-Libye

La Libye et la Turquie ont signé en novembre des accords décrivant la coopération en matière de sécurité et d’affaires maritimes, mettant en colère les pays méditerranéens, dont la et l’administration chypriote grecque, dont la manœuvre diplomatique empêche d’exploiter unilatéralement les ressources énergétiques de la région.

La décision de la Turquie intervient après que le gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli a fait une demande officielle de soutien militaire.

Le GNA libyen a récemment fait une demande officielle de soutien « aérien, terrestre et maritime » de l’armée turque pour aider à repousser une offensive des forces du général Khalifa , qui tente de prendre le contrôle de la capitale, Tripoli. La Turquie soutient le gouvernement soutenu par l’ONU contre les milices et les mercenaires de ce chef militaire autoproclamé.

Haftar a annoncé le 12 décembre qu’il avait ordonné aux militants de lancer une « bataille décisive » pour capturer la ville.

Selon les Nations Unies, plus de 280 civils et 2 000 combattants ont été tués depuis le début de l’assaut d’Haftar sur Tripoli. Les combats ont déplacé quelque 146 000 personnes, la violence continue menaçant de plonger la Libye dans un chaos violent qui peut rivaliser avec le conflit de 2011 qui a conduit à l’éviction et au meurtre du dirigeant de longue date Moammar Kadhafi.

est rejoint par l’Italie et le Qatar pour soutenir le gouvernement légitime de Sarraj à Tripoli. Pendant ce temps, la force rivale basée à l’est est soutenue par la France, la Russie, la Jordanie, les Émirats arabes unis, ainsi que d’autres pays arabes clés.

Depuis l’éviction du défunt leader Moammar Kadhafi en 2011, deux sièges au pouvoir ont vu le jour en Libye: Haftar dans l’est de la Libye, soutenu principalement par l’Égypte et les Émirats arabes unis; et le GNA dans la capitale Tripoli, qui jouit d’une reconnaissance de l’ONU et de la communauté internationale.

S’exprimant lors d’une conférence de presse, le ministre des Affaires étrangères Mevlüt a également commenté lundi le conflit en Libye.

« J’ai dit hier soir au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, que si nous n’y mettions pas fin maintenant, la guerre se poursuivrait, surtout si elle était transportée à Tripoli, ce qui entraînerait la mort d’un grand nombre de personnes », a déclaré Çavuşoğlu , ajoutant qu’il n’y aurait pas de vainqueur dans la guerre.

Il a également déclaré que la Turquie était opposée à la venue de mercenaires en Libye, car ils entraveraient les efforts pour maintenir la paix et la stabilité.

« Notre objectif est d’établir un cessez-le-feu dès que possible et de contribuer à la relance du processus politique et à l’accélérer », a ajouté Çavuşoğlu.

Communauté internationale inquiète

Pendant ce temps, le haut diplomate de l’Union européenne a averti lundi que des combats plus intenses pourraient être sur le point d’éclater autour de Tripoli, la capitale libyenne, appelant à une solution politique à la crise.

« Les développements récents en Libye indiquent qu’une escalade de la violence autour de Tripoli pourrait être imminente », a déclaré le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies devait se réunir plus tard lundi sur la situation en Libye, où les troupes turques ont commencé à être déployées pour protéger le gouvernement reconnu par les Nations Unies contre les forces de Haftar.

La réunion, tenue à la demande de la Russie, était officiellement consacrée à une conférence internationale sur la Libye que l’Allemagne espère organiser d’ici la fin du mois. Jusqu’à présent, aucune date n’a été annoncée pour la réunion.

Mais les pourparlers de lundi ont été la première occasion pour les membres du Conseil de sécurité de discuter des accords de sécurité et maritimes conclus par la Libye et la Turquie en novembre – et la décision ultérieure d’Ankara d’envoyer des troupes en Libye.

Vendredi, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a renouvelé son appel à un cessez-le-feu immédiat en Libye.

« Tout soutien étranger aux parties belligérantes ne fera qu’aggraver le conflit en cours et compliquera encore les efforts pour parvenir à une solution politique pacifique et globale », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Samedi, une frappe aérienne a attaqué une école militaire dans la capitale, faisant au moins 30 morts, selon le ministère de la Santé du gouvernement d’union nationale reconnu par l’ONU. Les forces de Haftar ont nié toute responsabilité dans l’attaque.

« Nous condamnons les attaques telles que la frappe de samedi contre l’école militaire, qui ne font qu’accroître la violence et les souffrances humaines », a déclaré M. Borrell.

« Aujourd’hui, il est plus urgent que jamais de travailler véritablement vers une solution politique à la crise en Libye », a-t-il déclaré. « L’Union européenne appelle toutes les parties à s’engager dans un processus politique sous la direction des Nations Unies. L’Union européenne continuera de déployer tous les efforts pour trouver une solution pacifique et politique à ce processus. »

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action