FLASH INFO :

Erdoğan : les services de renseignement saoudiens ont jugé choquant l’enregistrement du meurtre de Khashoggi

TURQUIE / INTERNATIONAL - Exprimant que l’enregistrement du meurtre de Khashoggi avait été partagé avec plusieurs pays, dont les États-Unis, l’Allemagne et le Royaume-Uni, Erdoğan a souligné que la Turquie attend toujours patiemment que les Saoudiens éclairent la question.


L’enregistrement audio des moments où le journaliste saoudien Jamal Khashoggi a été tué au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul a choqué un officier des renseignements saoudiens, a déclaré le président Recep Tayyip Erdoğan aux journalistes à la suite de sa visite officielle de deux jours en France.

Le président a tenu ces propos hier en rentrant de Paris, où il a assisté aux cérémonies du Centenaire de l’Armistice. Il a ajouté que la Turquie n’avait caché aucun détail sur l’assassinat à la communauté internationale et avait confié l’enregistrement à toute autorité compétente qui en aurait fait la demande. “Même un officier des renseignements saoudiens a été choqué après avoir écouté l’enregistrement. Il a déclaré que ‘seule une personne qui consomme de l’héroïne peut commettre une telle action'”, a déclaré Erdoğan.

Le président a ajouté que la Turquie avait transmis l’enregistrement à l’Arabie saoudite, aux États-Unis, à la France, au Canada, à l’Allemagne et au Royaume-Uni. Il attend patiemment que les Saoudiens éclairent la question “comme promis par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane”.

Le 2 octobre, son fiancé Hatice Cengiz a annoncé la disparition de Khashoggi, un chroniqueur du Washington Post, après s’être rendu au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul pour obtenir des documents de mariage le 2 octobre. Plus tard, en octobre, le parquet général d’Istanbul a annoncé que Khashoggi avait été étranglée à mort. Dès son entrée au consulat, son corps a été démembré.

Erdoğan a déclaré qu’il avait discuté du meurtre de Khashoggi avec le président américain Donald Trump, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron, lors d’un dîner, en leur expliquant qu’il était évident que le meurtre de Khashoggi avait été ordonné et instruit par les hauts responsables de la hiérarchie saoudienne.

“Comme je l’ai mentionné dans mon article [dans le Washington Post], je ne pourrais pas avoir de telles pensées [accusatrices] à l’égard du roi Salmane, que je respecte beaucoup, mais nous voulons que la personne qui a donné l’ordre soit révélée”, a-t-il déclaré.

Le président a ajouté qu’il avait déclaré à Trump “qu’il n’est pas nécessaire de chercher ailleurs les meurtriers, car ils font certainement partie des 18 personnes arrêtées par les autorités saoudiennes, y compris l’équipe de 15 membres qui est venue à Istanbul avant la disparition de Khashoggi”.

Erdoğan a déjà posé plusieurs questions à Riyad sur le meurtre de Khashoggi, auxquelles il a dit qu’il fallait une réponse.

“Où est le corps de Khashoggi? Qui a donné l’ordre? Les 18 personnes arrêtées sont au courant. Qui a envoyé les 15 personnes [l’escouade présumée impliquée dans le meurtre] en Turquie? Les autorités saoudiennes doivent l’expliquer”, avait demandé Erdoğan.

 

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX