FLASH INFO :

Erdoğan : il n’y a pas de crise économique en Turquie, seulement des manipulations

TURQUIE / ÉCONOMIE - Le président Recep Tayyip Erdoğan a assuré aux investisseurs et au public qu’il n’y avait pas de crise économique en Turquie et que la hausse soudaine des taux de change n’était qu’une manœuvre manipulatrice, indiquant que le pays suivrait ses propres programmes et proposerait ses propres solutions pour atteindre ses objectifs.


S’exprimant lors de la 27e réunion de consultation et d’évaluation du Parti de la justice et du développement dans le district de Kızılcahamam à Ankara, Erdoğan a déclaré que la Turquie s’était largement remise d’une des plus grandes attaques économiques de son pays et avait mis fin aux fluctuations du taux de change en un peu moins de deux mois.

“Pour surmonter les difficultés [économiques], nous avons mis en œuvre et procédé rapidement à des réformes majeures et à des changements radicaux qui, dans des circonstances normales, auraient pris des années”, a-t-il déclaré.

Soulignant qu’il n’était pas possible d’expliquer cette augmentation soudaine et brutale des taux de change dans le contexte économique, M. Erdoğan a déclaré que la Turquie n’échappait pas pour autant à assumer ses responsabilités, mais uniquement pour évaluer la situation.

S’agissant des opportunistes provoquant des hausses de prix astronomiques utilisant les taux de change à leur avantage, Erdoğan a averti que les amendes nécessaires leur seraient infligées dans le respect des règles du marché libre.

“Nous n’abandonnerons pas notre peuple à la merci d’opportunistes”, a-t-il déclaré.

Erdoğan avait exhorté mardi les Turcs à signaler les magasins qui avaient imposé des hausses de prix inhabituelles à la suite des fluctuations de leurs tarifs.

“La Turquie est ouverte à toutes sortes d’investissements et de soutiens tant que le prix à payer n’est pas la souveraineté ou l’avenir du pays”, a ajouté le président.

Erdoğan a déclaré que la Turquie avait demandé des investissements lors de visites officielles dans des pays étrangers, mais jamais de l’argent.

Il a déclaré que l’intérêt des investisseurs internationaux en Turquie persistait, indiquant que de bonnes nouvelles devraient être annoncées au cours de la période à venir sans donner plus de détails.

Erdoğan a ajouté que la Turquie figurait parmi les pays ayant le ratio dette publique / revenu national le plus faible.

Le président turc a déclaré que tant qu’il resterait en vie, aucune organisation internationale ne pourrait “mettre la Turquie sous le joug”.

Il a également déclaré qu’il avait ordonné à ses ministres de ne recevoir aucun conseil financier de la société américaine McKinsey, affirmant que le gouvernement s’appuierait plutôt sur les capacités nationales.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX