FLASH INFO :

Erdoğan et Macron discutent de la feuille de route de Manbij convenue avec les États-Unis

TURQUIE / FRANCE - Le président Recep Tayyip Erdoğan et son homologue français Emmanuel Macron ont effectué un entretien téléphonique samedi pour discuter de la feuille de route à suivre pour la ville de Manbij, au nord de la Syrie, récemment approuvée par les Etats-Unis, en plus d’un certain nombre de problèmes régionaux et bilatéraux.


Erdoğan a souligné que l’accord avec les États-Unis sur Manbij pourrait conduire à une plus grande coopération entre Ankara et Washington en Syrie.

Les deux dirigeants ont également discuté des développements récents en Syrie, de la lutte contre le terrorisme et de la fuite des migrants.

Erdoğan et Macron ont souligné l’importance de la coopération entre la Turquie et la France dans les questions régionales, et ont convenu de reprendre leurs contacts étroits à la suite des élections présidentielles et législatives du 24 juin.

Lundi dernier, une feuille de route Manbij a été annoncée à l’issue d’une réunion à Washington entre le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu et le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo.

L’accord se concentre sur le retrait des Unités de Protection du Peuple (YPG) affiliées au PKK de la ville du nord de la Syrie et la stabilité dans la région.

Le processus impliquera une période de préparation de 10 jours qui a débuté le mardi 5 juin, avant que les militants des YPG commencent à se retirer. Ils se retireront dans 20 jours. Après ce délai, les forces turques seront déployées pour pacifier la région et entraîner les forces locales à établir la sécurité. Les YPG se retireront à l’Est de l’Euphrate.

Ankara critique depuis longtemps les États-Unis au motif que Daech ne peut être vaincu en soutenant un autre groupe terroriste comme les Forces démocratiques syriennes (SDF), qui sont principalement dirigées par les YPG.

Ankara souligne que le soutien des armements américains à ces groupes terroristes créera une instabilité accrue dans la région et demande le retrait des groupes syriens afin de préparer le retour des Syriens dans leur pays.

Le soutien militaire américain au groupe terroriste YPG à Manbij a tendu les liens entre Ankara et Washington et a fait craindre des affrontements militaires entre les deux alliés de l’OTAN, puisqu’il y a environ 2 000 soldats américains dans la ville.

Le 20 janvier, la Turquie a lancé l’opération « Rameau d’Olivier » dans le nord de la Syrie afin d’éliminer les groupes terroristes liés à Daech et au PKK, y compris les YPG et les FDS de la région. Après avoir libéré la région syrienne d’Afrin le 18 mars aux côtés de l’Armée syrienne libre (ASL), les forces turques ont poursuivi leur objectif d’éliminer tous les terroristes à l’ouest de l’Euphrate. Cependant, les États-Unis, avec la France, ont intensifié leur présence militaire à Manbij, fournissant un soutien accru aux forces des FDS approvisionnées par les YPG dans le nord de la Syrie.

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz