FLASH INFO :

Erdoğan : l’évasion de prisonniers de Daesh est une désinformation organisée par les YPG dans le but de provoquer l’Occident

TURQUIE / GUERRE EN SYRIE - Le président Recep Tayyip Erdoğan a déclaré dimanche que les informations qui faisaient état de l’évasion de prisonniers de Daesh étaient une désinformation organisée par les YPG dans le but de provoquer les États-Unis et l’Occident.


Le président Recep Tayyip Erdoğan a déclaré dimanche que les informations qui faisaient état de l’évasion de prisonniers de Daesh étaient une désinformation organisée par les YPG dans le but de provoquer les États-Unis et l’Occident.

Erdoğan s’est adressé aux journalistes ce dimanche soir, lors d’une conférence de presse à huis-clos organisée au bureau de Dolmabahçe de la présidence.

Les Unités de protection du peuple (YPG) affiliées au PKK tentent d’utiliser les terroristes capturés de Daesh comme monnaie d’échange, dans l’espoir de provoquer l’Occident contre la , en publiant de fausses déclarations selon lesquelles aurait visé par des frappes le camp de prisonniers. La a nié à plusieurs reprises toute allégation de frappes dans le camp.

Un témoin a déclaré dimanche plus tôt que des terroristes de YPG avaient délibérément allumé un feu dans un camp de prisonniers de Daesh à , dans le nord de la Syrie. Le témoin, membre du personnel civil à , l’ancienne capitale de facto de Daesh en Syrie, a déclaré que les YPG les avaient retirés du camp avant l’incendie.

« Nous n’avons pas de vues sur le territoire syrien. Nous nous dressons contre ceux qui veulent diviser et écraser la Syrie », a déclaré Erdoğan.

La Turquie a lancé l’opération , troisième d’une série d’opérations antiterroristes transfrontalières dans le nord de la Syrie, ciblant les terroristes affiliés au groupe syrien syrien du PKK et Daesh, le 9 octobre, à 16 heures.

L’opération, menée conformément au droit du pays à la légitime issu du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, vise à établir une sans terrorisme, afin de permettre le retour des Syriens dans la région située à l’est de l’Euphrate.

Le PKK – considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’Union européenne – mène depuis plus de 30 ans une campagne terroriste contre la Turquie, faisant près de 40.000 morts, dont des femmes, des enfants et des nourrissons.

Erdoğan a également déclaré avoir tenu des conversations téléphoniques avec le président russe Vladimir Poutine chaque fois que des problèmes liés à l’opération se présentaient.

« Nous prenons les mesures nécessaires ensemble », a-t-il déclaré.

La Turquie a longtemps décrié la menace terroriste à l’est de l’Euphrate, dans le nord de la Syrie, en promettant une action militaire pour empêcher la formation d’un « corridor terroriste » à cet endroit.

Depuis 2016, les opérations turques Bouclier de l’Euphrate et de Rameau d’Olivier en Turquie dans le nord-ouest de la Syrie ont libéré la région des terroristes YPG / PKK et de Daesh, permettant à près de 400.000 Syriens ayant fui la violence de rentrer chez eux.

Le président Erdoğan a également critiqué le président Mustafa Akıncı, président de la République turque de -Nord (RTCN), pour son intervention sur l’opération antiterroriste en cours.

« Je le dis très clairement, ces déclarations sont complètement injustes et ne connaissent pas leur limite », a-t-il déclaré.

Plus tôt dimanche, le porte-parole du parti au pouvoir Justice et développement (AKP), Ömer Çelik, a qualifié ses propos d' »irrespectueux ».

Çelik a critiqué Akıncı pour avoir invité la Turquie à dialoguer avec des organisations terroristes.

« L’opération Source de Paix est menée contre une organisation terroriste, qui est un réseau de meurtres. M. Akıncı ne formule pas une seule condamnation contre l’organisation terroriste, mais il critique nos efforts contre le terrorisme. C’est un manque flagrant de respect », a déclaré Çelik à .

Il a également rappelé à Akıncı le nombre de citoyens, de soldats et de bébés tués à la suite de ces attaques.

« Pour le bien de vos martyrs tombés au combat, vous ne devriez pas utiliser ce langage irrespectueux », a ajouté le porte-parole du parti.

Çelik a souligné que l’opération de paix à Chypre avait été menée contre un « réseau de meurtres », ajoutant qu’il s’agissait d’une opération qui instaurait la paix.

« L’opération Source de Paix est aussi une  », a-t-il ajouté.

« Ces déclarations, qui ne représentent pas les citoyens de la RTCN, sont une tache noire pour Akıncı. Nous avons la même volonté pour l’opération Source de Paix que pour l’opération de paix que nous avions menée à Chypre », a affirmé Çelik.

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action