FLASH INFO :

Erdoğan : J’ai dit à Poutine et à Trump que nous ne reculerons pas en Syrie

TURQUIE / LUTTE CONTRE LE TERRORISME - Le président Recep Tayyip Erdoğan a déclaré au président américain Donald Trump et au président russe Vladimir Poutine que « la Turquie ne reculera pas en Syrie », promettant que l’opération en cours à Afrin sera étendue à d’autres parties du pays déchiré par la guerre, notamment à Manbij.


« La nuit dernière, j’ai parlé avec le président américain Trump sur ces questions. J’ai discuté des mêmes choses avec Poutine il y a deux jours. Je leur ai dit: «Nous ne reculerons pas d’ici. Nous sommes du côté des souffrants et des opprimés », a déclaré M. Erdoğan dans un discours lors d’une réunion de son parti de la Justice et du Développement () à le 23 mars.

Erdoğan et Trump ont effectué un entretien téléphonique le 22 mars au sujet des liens tendus entre Ankara et Washington, particulièrement troublés par le partenariat des Etats-Unis avec les Unités de protection du peuple (YPG) dans la lutte contre en Syrie. La Turquie considère les YPG comme la branche syrienne du groupe terroriste PKK et donc comme une organisation terroriste.

L’ avec l’Armée syrienne libre () a lancé le 20 janvier l’opération Rameau d’Olivier contre les YPG à , et Erdoğan a juré que les opérations « ne finiront pas à Afrin et seront suivies à et à ».

Manbij, une ville syrienne du nord-ouest, est particulièrement importante car elle est toujours sous le contrôle des YPG aux côtés des troupes américaines. La Turquie demande depuis longtemps aux États-Unis de laisser les YPG se retirer de Manbij à l’est de l’Euphrate, en menaçant de ne pas hésiter à lancer une contre les positions des YPG même si des troupes américaines sont présentes.

Etats-Unis : Pas de retrait de Manbij

Cependant, un haut responsable américain a déclaré que les Etats-Unis « n’avaient aucune intention de quitter Manbij », malgré les paroles de la Turquie.

« Les forces américaines sont situées à Manbij. Nous avons très clairement dit au gouvernement turc que nous continuerons à opérer là-bas », a déclaré Heather Nauert, porte-parole du département d’Etat, lors d’une conférence de presse en réponse à une question sur la position des Etats-Unis sur Manbij.

Nauert a également déclaré que les pourparlers avec Ankara « ne sont pas terminés » et que Washington est disposé à poursuivre les discussions, se référant aux trois « comités techniques » formés par la Turquie et les Etats-Unis pour résoudre les questions litigieuses entre les deux pays.

Les délégations turque et américaine se sont rencontrées à Washington les 8 et 9 mars pour trouver un moyen de résoudre le problème de Manbij, mais le limogeage du secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a créé des incertitudes sur la manière dont les deux pays procéderont. Le sous-secrétaire du ministère turc des Affaires étrangères, Ümit Yalçın, devrait se rendre aux Etats-Unis pour rencontrer son homologue John Sullivan la semaine prochaine.

« Plus de 3 700 terroristes neutralisés »

Pendant ce temps, Erdoğan a déclaré que les opérations de la Turquie contre le PKK et les YPG sont en cours dans diverses parties de la Syrie et de l’Irak et le nombre de « terroristes neutralisés » en Syrie depuis le 20 janvier dépasse les 3 700.

« Nous continuerons. Nous les avons précédemment frappés à travers l’Opération Bouclier de l’Euphrate. Et 160 000 frères et sœurs [syriens] ont pu retourner chez eux dans une zone de 2 000 kilomètres carrés grâce à cette opération. Ce terrain est maintenant sous notre contrôle et les habitants retournent chez eux  », a-t-il dit.

Partenariat stratégique

Dans une déclaration publiée après l’entretien téléphonique d’Erdoğan avec Trump, le porte-parole de la présidence turque, İbrahim Kalın, a déclaré que deux dirigeants avaient discuté des « relations bilatérales et des problèmes régionaux ».

« Notre président a eu une conversation téléphonique avec le président américain Trump. Des sujets bilatéraux et régionaux ont été discutés dans la conversation », a précisé M. Kalın dans une déclaration écrite.

Les deux dirigeants ont convenu de poursuivre la collaboration pour atteindre les objectifs stratégiques communs et résoudre les problèmes qui affectent négativement les relations bilatérales, a-t-il ajouté dans un communiqué publié plus tard le 22 mars.

« L’importance de renforcer les relations entre les deux alliés de l’OTAN et les partenaires stratégiques a été discutée », a déclaré M. Kalın.

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action