FLASH INFO :

Erdoğan : Les calomnies des EAU concernant les Turcs et les Ottomans proviennent de leurs propres sales affaires

TURQUIE / INTERNATIONAL - Un récent retweet du ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis (UAE), Abdullah ben Zayed Al Nahyane, portant des accusations contre les Ottomans pendant la Première Guerre mondiale et le liant au président Recep Tayyip Erdoğan a de nouveau tendu les liens avec Ankara.


Le poste retweeté par Nahyane accusait Fahreddin Pacha, un gouverneur militaire ottoman de Médine qui a servi de 1916 à 1919, d’avoir commis des crimes contre la population locale et d’avoir volé leurs biens et les reliques sacrées de la tombe du Prophète Mohammed. « Ce sont les ancêtres d’Erdoğan et leur passé avec les Arabes », a déclaré Nahyane.

S’adressant aux sous-préfets mercredi dans le complexe du palais présidentiel à Ankara, Erdoğan a sévèrement critiqué les Emirats Arabes Unis et Nahyane, demandant : « Ô misérable qui nous adresse des accusations. Où étaient tes ancêtres pendant que Fahreddin Pacha défendait Médine pendant la Première Guerre Mondiale ? ».

En mai 1916, alors que la Première Guerre mondiale se poursuivait avec l’Empire ottoman allié aux Puissances centrales, plusieurs tribus arabes dirigées par Hussein ben Ali, chérif de La Mecque  et soutenues par les Britanniques se sont révoltées contre la domination ottomane, dans laquelle l’espion britannique Thomas Edward Lawrence a joué un rôle majeur. Cependant, un nombre important de tribus arabes n’ont pas rejoint cette révolte et ont continué à soutenir les Ottomans contre les troupes alliées menées par les Britanniques qui progressaient en Palestine et en Irak. En outre, il y avait des milliers d’Arabes ayant combattu dans les rangs des troupes ottomanes.

Afin d’éviter la destruction des reliques sacrées, Fahreddin Pacha a organisé un voyage en train gardé par 2 000 de ses hommes et a transféré les objets à Istanbul, qui sont actuellement exposés dans la section des Reliques Sacrées du Musée du Palais de Topkapı.

En dépit des attaques par des troupes arabes mal organisées qui ont causé de lourdes pertes de part et d’autre et perturbé les transports, les troupes ottomanes ont réussi à maintenir leurs positions dans le Hedjaz. Cependant, la situation est devenue désespérée lorsque le front de Gaza s’est effondré sous les attaques britanniques du Sinaï égyptien à la fin de 1917, tandis que les forces arabes ont réussi à couper les territoires ottomans en deux en juillet par leur raid sur Awaba. Pourtant, la garnison de Médine dirigée par Fahreddin Pacha a résisté aux attaques et aux conditions de siège désastreuses jusqu’au 10 janvier 1919, continuant sa résistance même après la signature de l’Armistice de Moudros entre l’Empire ottoman et les puissances alliées le 30 octobre 1918. Pour son rôle, Fahreddin Pacha est généralement très apprécié en Turquie, honoré de surnoms tels que « le Héros de Médine » ou « le Défenseur de Médine ».

« Les travaux menés par Fahreddin Pacha pendant sa défense à Médine, qui ont duré deux ans et sept mois, son attitude déterminée et sa résistance jusqu’au dernier moment, sont vraiment louables : vous, le malheureux, êtes dans un état de délire à tel point que vous prétendez sans aucune honte que mes ancêtres [d’Erdoğan] ont volé des reliques sacrées et les ont amenés à Istanbul. Ce n’est pas voler, c’est les protéger contre ceux qui sont venus pour envahir, pour occuper », a déclaré Erdoğan, notant que ceux qui accusent les Turcs et les Ottomans à cet égard ne montrent pourtant aucun effort pour le retour des reliques sacrées apportées aux pays occidentaux.

Erdoğan a déclaré que l’animosité de certains dirigeants dans certains pays arabes provient des efforts déployés pour couvrir leur propre incapacité, leur incompétence ou leur trahison.

« Les dirigeants de certains pays qui ne connaissent ni leur place, ni leur histoire, ni leur courtoisie diplomatique ne peuvent pas nuire à notre fraternité avec les peuples arabes. Nous ne laisserons pas notre place à ceux qui dénigrent l’unité des musulmans pour leurs propres gains personnels », a-t-il noté.

« Nous savons très bien ce que [projettent] ceux qui parlent contre cette figure distinguée de notre histoire et sa glorieuse résistance à Médine, et avec qui, où et comment ils se projettent. Un jour viendra et nous expliquerons tout cela », a-t-il déclaré.

Le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalın, a également critiqué mardi ce post, le décrivant comme « un mensonge de propagande qui cherche à dresser les Turcs [et] les Arabes les uns contre les autres », tout en le qualifiant de « honteux ».

« C’est Fahreddin Pacha qui a courageusement défendu Médine contre les plans britanniques à l’époque. Maintenant la nouvelle mode est-elle de s’attaquer coûte que coûte au président Erdoğan ? », a ajouté Kalın.

Que pensez-vous de cet article ?

8



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX