FLASH INFO :

Erdoğan à l’Europe : « Eviter le problème des réfugiés ne le fait pas disparaître »

TURQUIE / GUERRE EN SYRIE - La poursuite du processus politique en Syrie est indispensable pour surmonter la crise des réfugiés provenant d’un pays déchiré par la guerre, a déclaré le président Recep Tayyip Erdoğan.


La clé pour résoudre la crise des réfugiés est de mettre fin à la guerre civile syrienne, a déclaré mercredi le président Recep Tayyip Erdoğan, soulignant l’importance de poursuivre le processus pour trouver une solution au conflit de huit ans.

« La solution à la crise des réfugiés, qui est originaire de Syrie, dépend de la fin de la guerre civile syrienne. C’est pourquoi nous (en tant que Turquie), tout en accueillant des réfugiés, faisons également de notre mieux pour trouver une solution politique », a déclaré Erdoğan, répondant aux questions des journalistes à Genève, où il a assisté au Forum mondial des réfugiés du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) avant de se rendre en .

Rappelant les processus d’Astana et de Genève et les efforts de la Turquie dans les deux forums politiques, le président a déclaré que la principale priorité de la Turquie était de mettre fin au terrorisme en préservant l’intégrité territoriale de la Syrie et, ce faisant, de permettre aux Syriens de rentrer chez eux « volontairement, dignement et en toute sécurité ».

« A cet effet, la formation d’une est cruciale », a-t-il souligné. « Concernant notre appel à la création de la zone de sécurité (à la communauté internationale), même les économies les plus solides et les plus crédibles du monde n’ont pas encore dit ‘nous sommes avec vous’. Nous attendons une réponse mais il n’y a rien », a déclaré Erdoğan, soulignant son souhait de former une zone de sécurité de 120 kilomètres de long et de 32 kilomètres de profondeur dans le nord de la Syrie.

Selon le plan de zone de sécurité, 140 villages et 10 centres de district seront établis dans la zone de sécurité profonde de 30 à 40 kilomètres dans le nord de la Syrie, abritant respectivement 5 000 et 30 000 habitants. Les habitations seront dotées de diverses installations afin que les personnes qui y vivent puissent avoir une vie normale avec toutes les nécessités satisfaites.

En établissant une zone de sécurité dans le nord de la Syrie, la Turquie espère reloger les Syriens déplacés vivant actuellement dans le pays et se débarrasser du et de son affilié syrien, les terroristes des YPG, dans la région.

Le président a également souligné que la préservation de la sécurité dans la région fera partie intégrante de la formation d’une zone de sécurité.

La Turquie se bat depuis longtemps pour éliminer la présence de groupes terroristes dans le nord de la Syrie, y menant trois opérations transfrontalières – l’opération Rameau d’Olivier, le Bouclier de l’Euphrate et, plus récemment, Source de Paix. À la suite de la libération de ces zones de la menace terroriste dans le nord de la Syrie, des efforts ont été déployés pour éliminer les bombes et les engins explosifs improvisés, et des tâches administratives ont été confiées aux conseils locaux. Jusqu’à présent, grâce à ces opérations, 371 000 Syriens sont rentrés dans leur ville natale.

« À cet égard, nous avons effectué des entretiens avec les Américains et M. (Vladimir) Poutine mardi. Tous ont dit : ‘Continuons notre travail de solidarité’. Si nous parvenons à le faire, cela fera l’ en posant un exemple (pour de futurs incidents similaires) », a-t-il déclaré.

« Ils diront : ‘La Turquie a construit une ou plusieurs villes de réfugiés’. C’est très important pour nous. Notre projet est utile », a déclaré Erdoğan, ajoutant que la Turquie gardait toujours la porte ouverte à toute personne souhaitant contribuer au processus.

Soulignant le statut de la Turquie en tant que pays principal dans le monde en ce qui concerne le nombre de réfugiés accueillis, Erdoğan a déclaré que la « politique de la porte ouverte » est mise en œuvre comme une responsabilité «  et morale ».

Les données montrent qu’en 2019, il y avait au total 28,7 millions de réfugiés dans le monde. La plus grande communauté de réfugiés se trouve actuellement en Turquie, avec 3,8 millions de réfugiés. La Turquie est suivie par la Jordanie avec 2,9 millions de réfugiés et le avec 1,6 million de réfugiés.

Selon les données des Nations Unies, le nombre de en Turquie, qui connaît d’importants flux de réfugiés depuis le début des années 2010, représente 7% de la population totale du pays.

Suite à une politique de porte ouverte depuis le début de la guerre civile dans le pays voisin de Syrie, d’où viennent la plupart des réfugiés, la Turquie a dépensé près de 40 milliards de dollars spécifiquement pour la communauté des réfugiés, alors qu’elle n’a reçu qu’environ 6 milliards d’euros de soutien de la communauté internationale.

« Les pays occidentaux développés et riches ont échoué dans la crise des réfugiés. Certains pays arabes riches sont également dans le même état. Cependant, les problèmes mondiaux ne peuvent être résolus que par la coopération et la solidarité mondiales », a souligné le président, indiquant qu’éviter le problème des réfugiés ne le fait pas disparaître.

Que pensez-vous de cet article ?

2



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action