FLASH INFO :

Erdoğan : A Idlib, les PKK / YPG tentent profiter de la préoccupation de la Turquie face à la pandémie de coronavirus

TURQUIE / GUERRE EN SYRIE - Lors d’une réunion virtuelle du conseil exécutif central de son Parti pour la Justice et le Développement (AK Parti), mardi, le président Erdoğan a évoqué la situation dans la zone de sécurité à Idlib dans le nord-ouest de la Syrie.


Le chef de l’Etat turc a déclaré que la Turquie ne tolérerait plus le harcèlement terroriste ou une intensification des attaques qui bafouent les accords internationaux actuels.

Les groupes terroristes tentent de profiter de la préoccupation de la Turquie face à la de coronavirus pour intensifier les attaques à l’intérieur et à l’extérieur des frontières turques, a déclaré Erdoğan. « Cette attitude à elle seule est suffisante pour montrer à quel point le groupe terroriste est dépourvu d’humanité », a-t-il ajouté.

Erdoğan a déclaré que les poursuivaient et neutralisaient les terroristes sans arrêt, ajoutant que ses opérations à travers la frontière se poursuivraient également.

« Nous suivons de près chaque pas des membres du groupe terroriste sur une vaste étendue du nord de l’Irak et de la Syrie. »

Il a souligné que la Turquie continuerait de viser immédiatement les membres du groupe terroriste tentant d’infiltrer des zones de en Syrie.

Depuis 2016, la Turquie a dirigé un trio d’opérations réussies à travers sa frontière dans le nord de la Syrie pour empêcher la formation d’un couloir terroriste, permettant la réinstallation pacifique des habitants et protégeant les civils contre les attaques : Bouclier de l’Euphrate (2016), Rameau d’Olivier (2018), et Source de Paix (2019).

« Nous invitons les pays qui ont une influence dans la région à respecter nos accords, à maintenir le groupe terroriste en dehors des frontières déterminées et à empêcher les attaques du régime », a ajouté Erdoğan.

Il a souligné que, malheureusement, aucun pays n’avait « pleinement tenu sa promesse » à cet égard.

« Si ceux qui soutiennent le groupe terroriste et le régime ne peuvent pas les contrôler, la Turquie seule les mettrait à genoux », a-t-il déclaré.

s’inscrit dans une zone de désescalade définie dans un accord entre la Turquie et la fin 2018 et les cessez-le-feu ultérieurs. Cependant, le régime de Bachar al-Assad et ses alliés ont systématiquement violé les termes des cessez-le-feu, déclenchant de fréquentes attaques à l’intérieur de la zone.

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action