FLASH INFO :

Erdoğan : 50 000 Syriens d’Idlib fuient vers la Turquie

TURQUIE / GUERRE EN SYRIE - Environ 50 000 personnes fuient la région d’Idlib dans le nord-ouest de la Syrie vers la Turquie, a déclaré le président Recep Tayyip Erdoğan, condamnant les nations musulmanes de ne pas soutenir son plan de relogement des réfugiés dans d’autres parties du nord de la Syrie.


La accueille actuellement quelque 3,7 millions de syriens, la plus grande population de au monde, et craint un nouvel afflux de la région d’, où jusqu’à trois millions de Syriens vivent dans la dernière portion de territoire importante détenue par l’opposition.

« Regardez, 50 000 personnes viennent à nouveau d’Idlib sur nos terres », a déclaré jeudi le président turc lors d’une réunion des dirigeants musulmans en Malaisie.

« Nous avons déjà quatre millions de personnes et maintenant 50 000 autres arrivent et cela pourrait augmenter. »

Il n’a donné aucun détail et n’a pas précisé si les Syriens étaient effectivement entrés en Turquie, qui a construit un mur le long de sa frontière sud de 910 kilomètres depuis le début du conflit syrien de huit ans.

Plans de relogement

Erdogan cherche un soutien pour les plans visant à reloger un million de Syriens dans certaines parties du nord-est de la Syrie, que les forces turques et leurs alliés de l’opposition syrienne ont saisis de l’organisation terroriste des lors d’une opération militaire transfrontalière en octobre.

a reçu peu de soutien public pour le plan et Erdoğan a déclaré que les puissances mondiales, y compris les nations musulmanes, étaient plus soucieuses d’envoyer des armes en Syrie que de soutenir une «  » turque.

« Le monde musulman est-il si pauvre? Pourquoi ne soutiennent-ils pas cela ? », a-t-il demandé. « Même s’ils faisaient juste l’aumône, il n’y aurait pas de pauvreté ici, pas de démunis. »

« Ils ne fournissent aucun soutien lorsque nous leur demandons de former une zone de sécurité, mais en ce qui concerne les armes, elles arrivent », s’est-il insurgé.

Lors de sa troisième offensive dans le nord de la Syrie en trois ans, la Turquie a saisi il y a deux mois une partie du territoire de 120 km contrôlée par les YPG avec le soutien des .

Le soutien de Washington aux YPG a mis en colère la Turquie, qui les considèrent comme un groupe « terroriste » en raison de ses liens avec le qui mène une campagne terroriste dans le sud-est de la Turquie au cours duquel 40.000 personnes ont été tuées.

Que pensez-vous de cet article ?

22



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action