FLASH INFO :

Tensions au Cachemire : Entretien téléphonique entre Erdoğan et le 1er ministre pakistanais Khan

TURQUIE / INTERNATIONAL - Le président Recep Tayyip Erdoğan a eu un entretien téléphonique avec le Premier ministre pakistanais Imran Khan lundi, concernant la montée des tensions dans la région, après que l’Inde ait annoncé le retrait du statut spécial du Cachemire.


Le président Recep Tayyip Erdoğan a eu un entretien téléphonique avec le Premier ministre pakistanais Imran Khan lundi, concernant la montée des tensions dans la région, après que l’ ait annoncé le retrait du statut spécial du .

Des sources diplomatiques ont déclaré que M. Khan avait informé Erdoğan des derniers développements en ce qui concerne la situation. Le président turc a réitéré son appel au renforcement du dialogue entre les deux parties afin d’éviter une nouvelle escalade de violence.

Cet appel intervient alors que la région contestée du Cachemire est sur le point de perdre son statut spécial sous le nouveau gouvernement indien dirigé par un nationaliste, qui vise à intégrer cette seule région à majorité musulmane au reste du pays.

Lundi, le gouvernement indien a révoqué le statut spécial du Cachemire dans un décret jugé illégal par le Pakistan, ce qui constitue l’une des mesures les plus destructrices prises dans cette région contestée de l’Himalaya depuis sept décennies. Le décret propose également de diviser la partie du Cachemire sous administration indienne en deux régions directement gouvernées par New Delhi. Le ministre de l’Intérieur indien, Amit Shah, a annoncé que le gouvernement avait l’intention d’abolir le statut actuel de la région sous contrôle indien, en annonçant que l’article 370 du Parlement serait révoqué.

« L’ensemble de la constitution sera applicable à l’État du Jammu-et-Cachemire », a déclaré Shah, mettant fin au droit de l’État de faire ses propres lois.

Plus tôt dans la journée, le ministère turc des Affaires étrangères a également exprimé sa préoccupation devant la décision unilatérale de l’Inde.

Dans une déclaration écrite, le ministère a déclaré qu’il espérait que le problème serait résolu dans le cadre de résolutions appropriées des Nations Unies, par le dialogue et en prenant en compte les intérêts légitimes de tous les peuples du Jammu-et-Cachemire, du Pakistan et de l’Inde.

Il a également répété que la était prête à contribuer aux efforts visant à réduire les tensions dans la région si les parties parvenaient à un accord.

Depuis 1947, le Jammu-et-Cachemire dispose de dispositions spéciales lui permettant d’adopter ses propres lois. Ces dispositions protégeaient également sa loi sur la citoyenneté qui interdisait aux étrangers de s’installer et de posséder des terres sur le territoire.

La région de l’Himalaya est détenue en partie par l’Inde et le Pakistan revendiquée dans son intégralité par les deux pays.

Depuis leur partition en 1947, les deux pays ont mené trois guerres – en 1948, 1965 et 1971 – dont deux concernant le Cachemire.

Certains groupes du Cachemire du Jammu-et-Cachemire se sont battus contre le régime indien afin d’obtenir leur indépendance ou pour leur unification avec le Pakistan voisin.

Selon plusieurs organisations de des droits de l’Homme, des milliers de personnes auraient été tuées dans le conflit de la région depuis 1989.

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

SONDAGE

  • Selon vous, le pasteur américain Brunson accusé d'espionnage en Turquie sera-t-il libéré ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

  • RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action