FLASH INFO :

Les dirigeants mondiaux organisent une cérémonie solennelle à Paris pour marquer le centenaire de l’armistice

TURQUIE / INTERNATIONAL - Le président Emmanuel Macron a rendu hommage aux millions de soldats morts lors de la Première Guerre mondiale, dimanche, lors d’une cérémonie solennelle à laquelle ont assisté à Paris des dizaines de dirigeants mondiaux afin de commémorer le centenaire de l’armistice.


Le président américain Donald , le président russe Vladimir , la chancelière allemande Angela Merkel et des dizaines de princes, monarques, présidents et premiers ministres se sont joints à pour marquer le moment où les armes à feu se sont tues en il y a un siècle.

Ceux qui ont combattu dans les tranchées de la Première Guerre mondiale ont vécu un enfer inimaginable, a déclaré Macron dans un discours de 20 minutes, soulignant que, outre la mort de 10 millions de soldats, des millions de femmes étaient veuves et orphelines.

« La leçon de la Grande Guerre ne peut être celle du ressentiment entre les peuples, il ne faut pas non plus oublier le passé », a déclaré Macron, le chagrin gravé sur le visage d’anciens soldats français qui se sont arrêtés autour de lui lors de la cérémonie.

« Il est de notre devoir profondément ancré de penser à l’avenir et de considérer l’essentiel. »

La commémoration est la pièce maîtresse des hommages mondiaux qui rendent hommage à ceux qui ont péri lors de la guerre de 1914-1918 et à la commémoration de la signature de l’ qui a mis fin aux combats à 11 heures le 11 novembre 1918.

Dans une verrière au pied de l’Arc de Triomphe, construite par l’empereur Napoléon en 1806, Trump, Merkel, Macron, Poutine et les autres dirigeants ont écouté le président français. Poutine, qui était le dernier à se rendre à la cérémonie, a salué Trump.

Alors que le convoi de Trump remontait les Champs-Élysées jusqu’à l’Arc de Triomphe, une manifestante aux seins nus du groupe féministe radical Femen a couru vers son cortège, à quelques mètres à peine, avant d’être arrêtée par la police.

Des photographies de l’incident ont semblé montrer qu’elle portait les mots « faux pacificateur » sur son corps.

Macron et Merkel ont vécu samedi devant le Parlement un moment émouvant dans la forêt de Compiègne, au nord de , où des délégations française et allemande ont signé l’armistice mettant fin à la guerre.

Ce conflit, l’un des plus sanglants de l’, a remodelé la et la démographie de l’Europe. La paix fut toutefois de courte durée et deux décennies plus tard, l’ nazie envahit ses voisins.

Macron a passé la semaine dans les locaux de la cérémonie qui a précédé dimanche et visité les villes et les anciens champs de bataille situés le long du front ouest de la . Au cours de sa tournée, il a mis en garde contre les dangers de la résurgence du nationalisme en Europe, soulignant que celui-ci constituait une menace pour le continent – thème qu’il a de nouveau abordé dans son discours.

« Le patriotisme est l’exact opposé du nationalisme. Le nationalisme est sa trahison », a déclaré le dirigeant français.

« Les vieux démons se réveillent, prêts à semer le chaos et la mort », a-t-il déclaré, avertissant de la possibilité d’exploiter l’idéologie, la religion et le mépris des faits.

« L’histoire menace parfois de répéter ses schémas tragiques et de saper l’héritage de paix que nous pensions avoir scellé avec le sang de nos ancêtres. »

Après la cérémonie, les dirigeants sont retournés à l’Elysée pour un déjeuner organisé par Macron et son épouse Brigitte.

Dimanche après-midi, Macron accueillera le tout premier Forum de la paix à Paris, qui vise à promouvoir une approche multilatérale de la sécurité et de la gouvernance et à éviter, au final, les erreurs qui ont conduit au déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Merkel a déclaré dans un communiqué que le forum avait montré qu’« il existe aujourd’hui une volonté, -et je le dis de la part de l’Allemagne avec conviction-, de tout mettre en oeuvre pour instaurer un ordre plus pacifique dans le monde, même si nous savons que nous avons encore beaucoup de travail à faire. »

Trump, qui défend une politique nationaliste de « l’Amérique d’abord », n’assistera pas au forum mais Poutine devrait le faire.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action