FLASH INFO :

Les deux plans de défense de l’OTAN pour la Turquie et les pays baltes à l’ordre du jour

TURQUIE / OTAN - Ankara a mis son veto à un plan de l’OTAN visant à renforcer les défenses des pays baltes et de la Pologne face à la Russie, en réaction au blocage d’un texte décrivant l’organisation terroriste des Unités de protection du peuple (YPG), branche syrienne du PKK, comme une “menace”.


Ankara a refusé un plan de défense de l’OTAN pour les pays baltes et la Pologne après que les États-Unis ont rejeté un plan de défense concernant la Turquie, qui reconnaissait le YPG et le PKK comme des menaces nationales.

Si le plan de défense concernant la Turquie était publié, cela signifierait que les États-Unis pourraient être tenus légalement responsables du soutien aux organisations terroristes, selon les autorités turques.

L’OTAN a deux plans de défense, dont l’un est destiné aux États baltes et à la Pologne, élaborés à leur demande après que la Russie a annexé la Crimée de l’Ukraine en 2014. Le second concerne la Turquie, au sujet des menaces venant du sud.

“Par la présence des forces de l’OTAN en Pologne et dans les pays baltes, nous envoyons un signal très fort à la Russi e: s’il y a une attaque contre la Pologne ou les pays baltes, toute l’alliance réagira”, a déclaré Stoltenberg à la presse hier, ajoutant que l’OTAN n’a pas de liste d’ennemis, mais l’alliance réagira en cas de besoin.

En conséquence, la question a été soulevée lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN, le 20 novembre. La délégation turque a exigé que le même niveau de sensibilité soit montré à la Turquie comme il a été démontré pour les pays baltes.

Le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a par ailleurs exhorté la Turquie à ne pas bloquer le plan de défense des pays baltes lundi lors d’une interview. En affirmant que “tout le monde ne voit pas les menaces qu’il voit”, se référant aux préoccupations de la Turquie concernant les menaces terroristes, Esper a ajouté : “Le message adressé à la Turquie … est que nous devons aller de l’avant avec ces plans de réaction et que nous ne pouvons pas les retarder par leurs préoccupations particulières. “

En outre, le ministre lituanien des Affaires étrangères, Linas Linkevičius, a déclaré : “Je ne crois pas qu’ils [la Turquie] bloquent quoi que ce soit contre les États baltes. Ils ont leurs propres préoccupations en matière de sécurité … il s’agit davantage des intérêts de la Turquie. Nous allons trouver une solution”.

Que pensez-vous de cet article ?

42



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX