FLASH INFO :

Tous les détails de l’opération de la Turquie à Afrin

ANALYSE - Deux brigades de soldats turcs spécialement entraînés sont chargées de participer à la prochaine opération de la Turquie à Afrin en Syrie, où une manœuvre militaire sera effectuée contre l’organisation terroriste PKK / PYD.


Les préparatifs de la Turquie avant l’opération pour purger les éléments terroristes de l’organisation terroriste dans le district d’, au nord-ouest de la Syrie, sont achevés. Deux brigades de soldats turcs spécialement formés prendront part dans la prochaine opération à . Le commandant de la seconde armée, le Lieutenant Général Metin Temel, commandera ces brigades.

Contrairement à l’opération Bouclier de l’Euphrate de la Turquie, dans laquelle une opération de balayage contre Daech a été réalisée en Syrie, l’action militaire à Afrin sera mise en œuvre contre les éléments du PKK / PYD à Afrin.

En ce qui concerne les annonces en cours par les forces armées turques et le gouvernement turc sur les plans de la Turquie à mener une opération dans le district d’Afrin de la Syrie, elles ont été partagées pour inviter les citoyens à Afrin à abandonner le district afin qu’ils ne soient pas blessés pendant les opérations.

La manœuvre militaire des forces armées turques

Les forces armées turques prévoient de frapper de toutes parts des cibles terroristes du PKK / PYD à Afrin (Hatay, , Azaz, Tell Rifaat, Idlib).

Un coup sévère sera porté lorsque la logistique, notamment dans les aéroports de Tel Rifaat et de Minnigh, sera bloquée par les forces armées turques. L’objectif principal de l’opération sera de porter un coup majeur aux points principaux où l’organisation terroriste est active, de l’acculer et de la forcer à se rendre.

Une opération terrestre soutenue par une opération aérienne

L’ diffère de celle qui avait été menée à al-Bab à certains égards. L’opération Bouclier de l’Euphrate dépendait essentiellement de l’utilisation de véhicules blindés en raison de la structure de terrain lisse d’Azaz, Jarabulus et al-Bab.

L’opération à Afrin, de son côté, est prévue d’être une « opération terrestre soutenue par une opération aérienne » en raison de la structure de terrain escarpée, rocheuse et boisée du district. A cet égard, les commandos turcs, les forces spéciales et les troupes d’infanterie seront affectés de façon importante à cette opération particulière.

Les forces aériennes turques fourniront une assistance dans l’éventualité où des terroristes s’enfuiraient dans des zones montagneuses. Considérant que les terroristes se déplacent en petits groupes, pour éviter tout préjudice aux civils dans la région, des véhicules aériens de combat sans pilote (UCAV) seront utilisés pendant l’opération. D’autre part, les troupes blindées stationnées à la frontière turco-syrienne serviront de « soutien à distance ».

Forces spéciales turques sur le terrain

Des commandos spécialement formés serviront également dans l’opération pour empêcher les terroristes du PKK / PYD situés le long de la chaîne de montagnes d’Amanus à la frontière d’échapper en Turquie. Les Commandos navals turcs (SAT) seront également en service afin d’empêcher que des tunnels chargés de bombes ne soient détonés ou que des pièges et des explosifs faits à la main ne soient activés.

Armée syrienne libre comme avant-garde

Le commandant de la deuxième armée, le lieutenant général Metin Temel, qui gère à la fois la mise en place de points de contrôle à Idlib et les préparatifs de l’opération à Afrin, commandera les brigades au cours de l’opération qui sera également assistée par près de 5 000 soldats de l’Armée syrienne libre (FSA). Agissant comme des avant-gardes, ces soldats vont éradiquer les éléments du PKK / PYD à Afrin avec l’aide des forces armées turques. De plus, les tribus qui s’opposent à l’occupation du PKK / PYD prendront des précautions contre toute menace qui pourrait venir de l’Euphrate et de .

Mesures de sécurité de haut niveau à la frontière

De nécessaires mesures de sécurité de haut niveau ont été prises par les forces armées turques sur le long de 911 kilomètres de frontière turco-syrienne contre toute menace et harcèlement des terroristes du PKK / PYD équipés d’armes envoyées par les Etats-Unis. Les mesures de sécurité ont été maximisées, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières, pour couvrir toutes les menaces et harcèlements provenant de Manbij et de l’est de l’Euphrate, ciblant la établie pendant l’opération Bouclier de l’Euphrate.

Véhicules aériens de combat sans pilote

Les cibles du PKK / PYD ont été détectées par les UCAV, la surveillance des frontières et les troupes sur le terrain. Chaque mouvement des terroristes dy PKK / PYD est sous surveillance dans la région et les coordonnées sont constamment mises à jour pour inclure les positions nouvellement créées.

Les forces armées turques sont prêtes et ont pris toutes les précautions contre toute sorte de pièges que le PKK peut avoir préparés, y compris des tranchées, des tunnels chargés de bombes et des explosifs faits à la main, contre lesquels les forces armées turques ont acquises une vaste expérience dans l’opération Bouclier de l’Euphrate.

Dans la vaste opération Bouclier de l’Euphrate lancée en août 2016, l’Armée syrienne libre – avec le soutien de l’ – avait nettoyé d’éléments terroristes 2.000 kilomètres carrés de terres le long de la frontière turco-syrienne.

Le Parti de l’Union Démocratique (PYD) et son aile armée, les Unités de Protection du Peuple (YPG) sont des branches syriennes du PKK, menant la guerre contre la Turquie depuis plus de 30 . Le PKK est répertorié comme une organisation terroriste par la Turquie, l’ et les États-Unis.

(Traduction : Yeni Şafak)

Que pensez-vous de cet article ?

4



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action