FLASH INFO :

Crise en Méditerranée orientale, accord des migrants : Le chef de la diplomatie européenne se rendra en Turquie

TURQUIE / UE - Josep Borrell, le plus haut diplomate de l’Union européenne, effectuera une visite de deux jours en Turquie les 6 et 7 juillet pour discuter d’un large éventail de questions, y compris la relation globale entre Ankara et Bruxelles, la crise actuelle de la Méditerranée orientale ainsi que les efforts pour renouveler l’accord sur les migrants de mars 2016.


Le haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de s’entretiendra avec le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt et d’autres hauts responsables du gouvernement le 6 juillet.

Çavuşoğlu et Borrell se rencontreront lors d’un déjeuner de travail et assisteront à une conférence de presse conjointe. Le plus haut diplomate de l’UE rencontrera plus tard le ministre de la Défense Hulusi .

Borrell était en et dans l’administration chypriote grecque la semaine dernière et ses propositions pour résoudre l’impasse entre la Turquie et la / Chypre- sur les activités d’hydrocarbures en Méditerranée orientale ont créé des troubles à Ankara. Il a suggéré qu’il pourrait jouer un rôle dans le rapprochement de la Turquie et de l’administration chypriote grecque.

« Cette proposition est loin d’être sérieuse faite par la même UE qui ignore toujours l’existence des Chypriotes turcs et n’a jamais évoqué leurs droits égaux sur les ressources naturelles de l’île dans aucune de ses déclarations », lit-on dans une déclaration publiée la semaine dernière.

Borrell n’a pas rendu visite au président chypriote turc Mustafa Akıncı lors de sa visite sur l’île. Le diplomate de l’UE a téléphoné à Akıncı plus tard et a exprimé ses regrets.

L’UE considère les activités de la Turquie en Méditerranée orientale comme illégales bien qu’elle n’ait aucune compétence en la matière. La Turquie condamne l’UE pour « avoir été prise en otage » par la Grèce et la partie chypriote grecque et pour avoir ignoré la présence et les droits des Chypriotes turcs sur l’île.

Un autre problème majeur à discuter sera l’avenir de l’accord sur les migrants entre les deux parties le 18 mars 2016. La Turquie affirme que le nombre de migrants qu’elle accueille a doublé depuis l’accord et qu’il est nécessaire de procéder à une révision complète de l’accord. 

Borrell et Çavuşoğlu avaient entamé les pourparlers en mars après la visite du président à Bruxelles, mais peu de progrès ont pu être réalisés en raison de la pandémie de -19.

Les développements en Syrie et en Libye seront également à l’ordre du jour de Borrell car il s’entretiendra également avec Akar, qui vient de rentrer d’une visite en Libye.

Les pertes de l’UE seraient 10 fois supérieures à celles de la Turquie

La partie turque soulèvera également une décision récente de la qui a exclu la Turquie d’une liste de pays de voyage sûrs au milieu de la pandémie de coronavirus.

Dans une déclaration du 4 juillet, le président Recep Tayyip Erdoğan a déclaré que cette décision de l’UE reflétait son mécontentement face à « la montée de la Turquie dans la région ».

« Mais quoi qu’ils fassent, ils ne pourront jamais empêcher la Turquie de réaliser ses objectifs en matière d’ et de démocratie. Si nous en perdons un, leur perte sera de cinq ou dix », a-t-il déclaré.

Erdoğan a désigné le Royaume-Uni comme l’un des pays ayant adopté une position de principe sur la réglementation des voyages, soulignant : «En exemptant la Turquie de la quarantaine, ils ont créé un climat dans lequel les deux pays gagneront. À cet égard, je remercie [le Premier Ministre] M. Boris Johnson, en particulier au nom de mon pays. J’espère que d’autres pays, l’Europe en particulier, adopteront la même approche dès que possible. »
 

Que pensez-vous de cet article ?

11



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action