FLASH INFO :

Coronavirus : La Turquie démarre la production en série de respirateurs en seulement deux semaines

DOSSIER / CORONAVIRUS - Le pays lance la production en série de respirateurs mécaniques, pour produire 5 000 appareils jusqu’à fin mai.


La Turquie, en seulement deux semaines, a réussi à démarrer la production en série de ventilateurs mécaniques qui sont essentiels dans le traitement du nouveau coronavirus, tandis que le monde entier recherche ces appareils.

Tous les pays sont confrontés à des pénuries de matériel médical, notamment des équipements de protection individuelle, des respirateurs et des masques.

Provoquant un essoufflement sévère, caractéristique du virus, la pandémie a augmenté le besoin de respirateurs médicaux, ce qui a donné un nouvel élan aux entreprises de défense, de technologie et d’automobiles du monde entier pour rechercher et fabriquer les appareils.

Le président américain Donald Trump a même utilisé la loi américaine sur la production de défense pour pousser General Motors à produire des respirateurs mécaniques.

En Turquie, trois sociétés – le producteur de véhicules aériens sans pilote Baykar, le géant de la défense Aselsan et la grande société d’appareils électroménagers Arçelik – ont décidé de soutenir le respirateur mécanique d’une entreprise technologique BIOSYS, nommé Biyovent, pour commencer la production de masse.

Biyovent a été développé après un processus de recherche et développement de cinq ans en 2012-2017 et la société produit et vend 32 appareils.

Les entreprises ont commencé le processus de production de masse et livré les 100 premiers appareils à l’hôpital de la ville de Başakşehir, qui a ouvert ses portes la semaine dernière dans la ville métropolitaine turque d’Istanbul.

“Après la crise du COVID-19, nous avons commencé à travailler pour essayer de fabriquer localement les pièces critiques de l’appareil”, a déclaré Cemal Erdogan, le chef de BIOSYS.

Dans le passé, des sociétés médicales ont acheté certaines pièces, telles que des valves et des puces, de ces appareils à d’autres pays pour la production.

En raison de la pandémie, plusieurs pays ont arrêté ou limité les exportations de biens et équipements médicaux pour sécuriser la consommation interne, ce qui a posé des problèmes pour la fabrication de respirateurs.

Erdoğan a déclaré que l’appareil comprend plus de 2 000 composants et que presque toutes les pièces, y compris les vannes, ont été produites de manière locale.

“La production de cet appareil nécessite une ingénierie multidisciplinaire de haute capacité et des tests critiques”, a-t-il déclaré.

5 000 appareils seront fabriqués jusqu’à fin mai

Selcuk Bayraktar, le directeur de la technologie de Baykar, a déclaré qu’Arçelik produira 5 000 appareils d’ici la fin mai et Aselsan met également en place une ligne de production.

“Nous continuons à travailler avec BIOSYS et Aselsan pour le développement de tous les systèmes du côté technologique”, a-t-il noté.

Se référant à la campagne pour les appareils, il a déclaré que Baykar avait fait don de 250 appareils au ministère de la Santé du pays pour les utiliser dans les hôpitaux ou les envoyer à des pays amis.

Aselsan, le producteur de missiles Roketsan, Arçelik, la société de défense Havelsan, la filiale turque du géant du commerce électronique Amazon, Turkish Aerospace Industries et la société de technologie agricole Tarnet ont également rejoint la campagne.

“Notre ministère de la Santé a également commandé 5 000 unités. Nous avons maintenant plus de 1 000 appareils à offrir dans le cadre de notre campagne”, a-t-il souligné.

Très peu de pays sont capables de le produire

Le Dr Mustafa Yilmaz, secrétaire général de l’Alliance des médecins internationaux, a déclaré que les respirateurs mécaniques sont utilisés dans les services de soins intensifs et les chirurgies pour les patients atteints de maladies respiratoires.

Il a noté que, selon l’Organisation mondiale de la santé, 80% des patients COVID-19 n’ont pas besoin de traitement hospitalier.

“Les 20% restants sont des patients hospitalisés. Un quart de nos patients hospitalisés, soit 5% du total des patients, ont besoin de soins intensifs en fonction de l’évolution de la maladie”, a déclaré Yilmaz, qui est également médecin-chef adjoint à l’hôpital de recherche sur la formation Gaziosmanpaşa d’Istanbul.

Il n’y a pas de règle générale selon laquelle chaque patient en soins intensifs a besoin d’un respirateur, a-t-il souligné, ajoutant qu’en cas de besoin, le personnel médical fournit une assistance respiratoire avec des respirateurs mécaniques.

Alors que la Turquie comptait environ 18 000 respirateurs mécaniques et 25 000 lits de soins intensifs avant la pandémie, le Royaume-Uni ne disposait que de 8 175 appareils, a-t-il rappelé.

Il a également déclaré : “Avec la production de nouveaux appareils, la Turquie a réussi à faire du bon travail en attribuant un appareil respiratoire à presque tous les lits de soins intensifs.”

“En l’absence de ces dispositifs critiques, qui peuvent être produits par très peu de pays dans le monde, les patients décèdent si vite. L’activité manufacturière de la Turquie est donc très précieuse”, a ajouté Yilmaz.

Après son apparition à Wuhan en Chine en décembre dernier, le COVID-19 s’est propagé à au moins 185 pays et régions, l’Europe et les États-Unis étant les régions les plus touchées.

Pour aider d’autres pays, la Turquie a également augmenté sa production de masques, de gants et d’équipements de protection individuelle et les a offerts à des dizaines de pays, dont l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni.

En Turquie, le virus a infecté plus de 107 700 personnes à ce jour et a causé 2 706 décès.

Les cas de contaminations dans le monde ont dépassé les 2,9 millions avec plus de 203 000 décès liés au virus. Plus de 822 700 patients se sont rétablis, selon les données compilées par l’Université Johns Hopkins.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX