FLASH INFO :

La coalition dirigée par les Etats-Unis forme une armée frontalière de 30 000 hommes en Syrie

TURQUIE / ÉTATS-UNIS - Les Etats-Unis ont confirmé dimanche qu’ils établiraient une nouvelle force de sécurité frontalière composée de 30 000 hommes avec les Forces démocratiques syriennes (FDS) dirigées par les Unités de protection du peuple (YPG) en Syrie, une décision qui a déjà irrité la Turquie.


La a nommé la nouvelle armée « la Force de sécurité frontalière syrienne ». Environ 15 000 des combattants seront des vétérans des Forces Démocratiques Syriennes () alors que la lutte contre Daech touche à sa fin. 15 000 autres seront recrutés et formés dans un proche avenir.

La coalition a déclaré que la composition ethnique de la nouvelle force frontalière serait relative aux zones dans lesquelles ils servent : « Des efforts sont déployés pour s’assurer que les individus servent dans les zones proches de leurs foyers. Plus de vont servir dans les régions du nord de la Syrie. Plus d’Arabes vont servir dans les zones le long de la vallée de l’Euphrate et le long de la frontière avec l’ au sud. »

Cela rend presque certain que la milice armée syrienne des désignée par le groupe terroriste sera déployée à la frontière turco-syrienne, une mesure qui accentuera les tensions dans la région ainsi qu’avec Washington.

Le ministère turc des Affaires étrangères a convoqué le chargé d’affaires américain Phil Kosnett mercredi à la suite d’un rapport de l’Agence Anadolu selon lequel un groupe de 400 combattants des FDS, dirigé par les YPG ont été formés en tant que gardes-frontières. Le groupe, nommé comme « l’Armée du Nord par le PKK, a reçu « une formation technique ainsi qu’une formation militaire et un équipement de haute  », selon le rapport.

« Les forces de sécurité frontalières seront stationnées le long de l’Euphrate à l’ouest, le long de la frontière irakienne au sud-est et le long de la frontière avec la Turquie au nord, sous la direction des FDS afin de sécuriser professionnellement les points de contrôle et mener des opérations anti-engins explosifs improvisés », a ajouté la coalition.

Le commandant du Commandement central américain (CENTCOM), le général Joseph Votel, a annoncé le mois dernier qu’il établirait des forces frontalières en Syrie, ce qui, selon lui, aiderait à empêcher la réapparition de Daesh.

Jeudi, le porte-parole du Pentagone, Eric Pahon, a refusé de fournir des détails sur la formation donnée à la soi-disant « Armée du Nord », mais a ajouté que le Pentagone maintenait la pleine responsabilité et la transparence avec le gouvernement turc.

« Nous voulons rassurer le peuple et le gouvernement de la Turquie que les s’engagent à prévenir les risques de sécurité supplémentaires et à protéger notre allié de l’OTAN », a déclaré Pahon.

Que pensez-vous de cet article ?

32



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action