FLASH INFO :

Çavuşoğlu : La Turquie et les Etats-Unis se sont mis d’accord sur Manbij et l’est de l’Euphrate

TURQUIE / ÉTATS-UNIS - Le ministre des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a déclaré vendredi que la Turquie et les Etats-Unis avaient convenu d’un accord sur la stabilisation de la situation à Manbij et à l’est de l’Euphrate, ajoutant que ces questions seraient débattues lors d’une rencontre le 19 mars avec le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson.


« Nous espérons que les Etats-Unis cesseront de soutenir les organisations terroristes qui contrôlent 25% du pays alors que la majorité des habitants des villes [qu’ils contrôlent] sont Arabes. Par exemple Raqqa, qui contrôle cette ville? Les YPG. Près de 350 000 Kurdes syriens chassés par les YPG continuent de vivre en Turquie », a déclaré Çavuşoğlu dans une interview au quotidien allemand Die Zeit.

Lorsqu’on lui a demandé de commenter les discussions du Sénat américain sur les éventuelles sanctions contre la Turquie, le ministre des Affaires étrangères a souligné que Washington ne devrait pas menacer la Turquie.

« Mais s’ils veulent punir la Turquie par des sanctions, alors la Turquie réagira différemment par rapport à la Russie ou d’autres pays, nous réagirons », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, soulignant que la Turquie est un allié de l’OTAN.

« Nous sommes un membre fondateur de l’OTAN et nous avons beaucoup contribué à cette alliance, nous sommes actifs en Afghanistan et dans d’autres pays, nous sommes l’un des alliés clés, c’est une décision stratégique pour nous, personne ne peut nous exclure, ce n’est techniquement pas possible », a déclaré Çavuşoğlu.

Interrogé pour savoir si la Turquie considérait la Russie comme un allié ou un adversaire en raison de son soutien au régime Assad, le ministre des Affaires étrangères a déclaré que la situation actuelle dans la Ghouta orientale ou Idlib viole « les principes et les accords d’Astana et de Sotchi ».

« Par conséquent, nous nous attendons à ce que la Russie et l’Iran arrêtent les violations de ces accords, ce qui se passe dans la Ghouta est un crime, de nombreux civils ont été tués, ils ont utilisé le gaz, ce sont les crimes de guerre du régime syrien. l y a une enquête sur le type d’armes chimiques utilisées », a-t-il ajouté.

Çavuşoğlu a également ajouté que la « partie difficile » de l’opération Rameau d’Olivier de la Turquie dans le nord-ouest de la Syrie, Afrin, « a pris fin ».

Auparavant, l’administration américaine sous l’ancien président Barack Obama avait promis à la Turquie que les terroristes des YPG affiliés au PKK se déplaceraient à l’est de l’Euphrate. Cependant, malgré les avertissements d’Ankara, les promesses n’ont pas été tenues et les YPG n’ont pas bougé à l’est de l’Euphrate.

Le but ultime du YPG est de créer une région autonome dans le nord de la Syrie en reliant le canton d’Afrin au nord-ouest aux cantons de Kobané et de Jazeera au nord-est. En tant que telle, l’opération de la Turquie mettra un terme à l’établissement d’une région autonome, qu’Ankara appelle un «couloir de la terreur».

À la suite de promesses non tenues par les États-Unis, la Turquie a également changé sa position et a promis de débarrasser tous les terroristes du nord de la Syrie, y compris Manbij et les parties orientales de l’Euphrate.

Selon l’Etat-major turc, l’opération vise à établir la sécurité et la stabilité le long des frontières de la Turquie et de la région et à protéger les Syriens contre l’oppression et la cruauté des terroristes.

L’opération est menée dans le cadre des droits de la Turquie fondés sur le droit international, des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, du droit de légitime défense en vertu de la Charte de l’ONU et du respect de l’intégrité territoriale de la Syrie.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX