FLASH INFO :

Çavuşoğlu : le S-400 ne détectera pas les systèmes de défense de l’OTAN en tant que systèmes ennemis

TURQUIE / RUSSIE - Les S-400 turcs ne détecteront pas les systèmes de défense de l’OTAN en tant que systèmes ennemis ou hostiles. Le pays rejette également les rumeurs selon lesquelles le S-400 pourrait être déployé dans un pays tiers après sa livraison en juillet.


Le système turc de missiles sol-air signé par la Turquie avec la Russie est un sujet controversé, puisqu’il s’agit du seul membre de l’OTAN à acheter à la Russie ce dernier modèle de missiles sol-air, bien que trois pays parmi eux disposent déjà du S-300 dans leur inventaire. Tentant de former une plate-forme de coopération pour exploiter efficacement son , qui devrait être reçu en juillet, la Turquie a suggéré la création d’un groupe technique conjoint avec l’OTAN, mais son principal partenaire, les États-Unis, n’a pas encore répondu. La Turquie a toutefois souligné à plusieurs occasion que l’achat des était un accord acquis et qu’il n’y aurait pas de retour en arrière, et que ce modèle de ne détecterait pas les plates-formes de l’OTAN comme ennemies.

S’exprimant lors de la réception organisée à l’occasion du 99e anniversaire de la fondation de la Grande Assemblée nationale turque, le ministre des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a déclaré que l’achat par la Turquie du système de antimissile S-400 de Russie était un « accord conclu » et qu’il n’existait pas de « formule intermédiaire » incluant des tiers.

Le ministre a déclaré avec insistance que les systèmes S-400 achetés par la Turquie ne constitueraient pas une menace pour les systèmes de l’OTAN ou « ne les percevraient pas comme ennemis », dans le but de rassurer Washington et l’OTAN sur ses préoccupations de sécurité.

Çavuşoğlu a souligné que la Turquie n’envisagerait pas le déploiement de la S-400 dans un autre pays tel que l’Azerbaïdjan ou le Qatar.

En réponse aux allégations selon lesquelles le système S-400 piraterait les chasseurs furtifs du F-35 et compromettrait la sécurité de l’ensemble du programme, Çavuşoğlu a signalé que les F-35 norvégiens volaient déjà près de la frontière russe et que les F-35 israéliens avaient déjà volé dans la zone de radar des S-400 déployés dans la base russe près de Lattaquié.

Les responsables turcs ont assuré à leurs homologues américains que les S-400 seraient basés sur des logiciels nationaux et fonctionneraient avec des systèmes uniques de radar, de détection et de surveillance.

Washington a fait valoir que l’achat de systèmes de missiles S-400 fabriqués en Russie pourrait compromettre la sécurité de certaines armes de fabrication américaine et d’autres technologies utilisées par l’OTAN, notamment les avions de combat F-35. La Turquie a répondu que c’était le refus des États-Unis de lui vendre les systèmes de défense Patriot qui l’avait amenée à rechercher d’autres vendeurs, ajoutant que la Russie lui offrait un meilleur accord, notamment en matière de transfert de .

Çavuşoğlu a déclaré ce vendredi que l’OTAN avait donné une réponse positive à la proposition turque de constituer un groupe de travail conjoint afin d’atténuer les inquiétudes suscitées par l’achat des systèmes de missiles russes S-400. Cependant, n’a pas encore reçu de nouvelles des États-Unis à ce sujet.

Actuellement, la et l’Inde sont les autres pays qui ont conclu un accord avec les Russes pour acheter les S-400. En outre, l’, le Qatar, l’, le Maroc, l’Égypte, le Vietnam et l’Iraq ont tous envisagé d’acheter également le système de missiles S-400 à la Russie.

Trois membres de l’OTAN – la , la Slovaquie et la Bulgarie – sont en possession des systèmes de défense S-300. En 1998, alors que l’intégration de la Russie dans l’OTAN était à peine envisagée et que les relations américano-russes étaient relativement bonnes, la république grecque de avait acheté les systèmes de défense russes S-300 et avait l’intention de les installer sur l’île. Cependant, à la suite des objections d’Ankara, la les a intégrées par la suite à l’île de Crète. Ces systèmes sont maintenant utilisés pour les exercices de l’OTAN. En 2015, les forces israéliennes ont testé différentes manières de vaincre les systèmes de missiles S-300 situés au . Le système anti-aérien russe S-300 a également été activé lors d’exercices menés conjointement par les forces aériennes grecques et israéliennes cette année-là.

Dans le même temps, la Russie commencera à livrer ses systèmes de défense antimissile S-400 à la Turquie en juillet, a déclaré mercredi le chef de l’exportateur d’armes russe Rosoboronexport, selon l’agence de presse Interfax.

« Tout a déjà été discuté et approuvé », a déclaré à Interfax Alexander Mikheev, directeur général de Rosoboronexport, qui a déclaré que la Russie était également prête à discuter des ventes d’avions de combat en Turquie.

« Si la partie turque nous demande de tenir des consultations, nous serons prêts à discuter [des ventes d’avions de guerre] avec l’UAC [United Aircraft Corporation] en fonction de nos capacités », a-t-il ajouté.

Les pilotes turcs poursuivent leur formation aux F-35

Le ministre de la Défense, Hulusi Akar, a également commenté les tensions entre les États-Unis et la Turquie.

Akar a déclaré que la Turquie était insensible aux menaces et disposait d’un plan B au cas où les États-Unis bloqueraient les livraisons de F-35 et mettraient fin à la transaction.

« Nous avons des plans à court, à moyen et à long terme », a déclaré Akar, ajoutant que le processus n’était pour l’instant pas dans l’impasse.

Le ministre a déclaré que quatre pilotes turcs effectuaient actuellement des vols et recevaient une formation sur les avions de combat F-35, et que deux autres se préparaient à rejoindre le programme de formation. Il a ajouté que 35 à 40 personnes étaient également en formation.

Les deux premiers avions à réaction F-35 ont été livrés en Turquie en juin 2018 et les pilotes turcs ont commencé leur formation à la base aérienne de Luke, en Arizona. La Turquie a ensuite reçu deux autres jets, malgré le tollé des législateurs américains. Actuellement, les pilotes turcs poursuivent leur formation et les jets seront déployés sur la base aérienne de en Turquie d’ici le mois de novembre.

Que pensez-vous de cet article ?

2



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action