FLASH INFO :

Ankara fustige les accusations de Le Drian contre la Turquie

TURQUIE / FRANCE - Ankara a répondu sèchement aux accusations de Le Drian contre la Turquie, qui ne voit pas de bon œil la présence turque en Libye et en Méditerranée orientale.


Mardi, a critiqué les propos tenus récemment par le ministre français des Affaires étrangères contre la Turquie.

Le porte-parole de le ministère des Affaires étrangères, Hami Aksay a déclaré dans un communiqué : « Dans l’entretien qu’il a accordé au quotidien Le Monde, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de , Jean-Yves Le Drian, tente de dissimuler la situation désespérée dans laquelle se trouve la sous la crise de coronavirus en prenant pour cible la Turquie. »

Dans son interview, Le Drian a critiqué les activités de la Turquie en Libye et en orientale tout en condamnant son rôle dans la crise migratoire et sa présence au sein de l’OTAN.

« Tandis que la France ne parvient pas à venir en aide à ses voisins européens en ses moments les plus difficiles, il semblerait qu’elle se sente mal à l’aise avec le fait que la Turquie vienne à la rescousse en tant que vraie amie face aux situations difficiles », a-t-il précisé.

« En fait, c’est la France qui soutient une organisation terroriste en Syrie, provoque les forces opposées au régime légitime en Libye, érode les dynamiques d’une solution dans l’île et ne tient pas compte des droits des chypriotes turcs et tente d’imposer des à son allié, la Turquie », a-t-il ajouté dans le communiqué.

Aksoy a déclaré qu’en soutenant les forces du général putschiste Khalifa Haftar en Libye, la France empêche la fin des souffrances du peuple libyen.

« Il ne faut pas oublier que la France, empêche que les souffrances du peuple libyen prennent fin en soutenant, de façon contraire à la résolution 2259 du Conseil de Sécurité des , Hafter qui considère que la seule solution à la crise en Libye passe par des méthodes militaires, sape tous les efforts de cessez-le-feu, bombarde les hôpitaux, même pendant ces jours d’épidémie, bloque la production de , seul revenu de la Libye, et coupe l’approvisionnement en eau », a-t-il souligné.

Depuis l’éviction du défunt dirigeant Moammar Kadhafi en 2011, deux sièges au pouvoir ont vu le jour en Libye : Haftar dans l’est de la Libye, principalement soutenu par l’Égypte et les Émirats arabes unis, et le gouvernement d’accord national (GNA) à Tripoli, qui jouit d’une reconnaissance internationale et de l’.

Le GNA est attaqué par les forces de Haftar depuis avril dernier, avec plus de 1 000 morts dans les violences.

L’ONU dit que des centaines de personnes ont été tuées et plus de 200 000 personnes ont été déplacées au cours de l’année depuis que Haftar a lancé sa bataille pour Tripoli, qui s’est rapidement transformée en une impasse sanglante.

L’ONU a averti que les services de dans le pays étaient déjà fragiles et que de nombreux hôpitaux près des zones de combat au sud de Tripoli avaient été endommagés ou fermés.

Plusieurs tentatives soutenues par l’ONU pour parvenir à un cessez-le-feu entre les deux forces rivales de la Libye ont échoué, et l’organisme mondial a critiqué les violations répétées de l’embargo sur les armes de 2011. Le mois dernier, l’envoyé libyen des Nations Unies, Ghassan Salame, a quitté son poste pour des raisons de santé.

Aksoy a déclaré que la Turquie recommande à la France de se concentrer principalement sur la protection de la santé des Français et des Européens, en particulier, et sur la cicatrisation de leurs plaies face à l’épidémie du -19.

« Il faudrait que le gouvernement français laisse de côté son avidité pour la concurrence et renonce à voir la Turquie en tant que menace pour le bien être et la sécurité de l’Europe », a-t-il conclu.

 

Que pensez-vous de cet article ?

2



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action