FLASH INFO :

Affaire Khashoggi : cinq condamnations à mort mais les proches de MBS acquittés

AFFAIRE KHASHOGGI - Le procès à huis clos de l’Arabie saoudite sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi a déclenché l’indignation mondiale après qu’un tribunal saoudien a acquitté deux anciens hauts responsables du prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS) liés au complot du meurtre.


Tandis que 5 des 11 individus sans nom inculpés dans l’affaire ont été condamnés à mort et 3 autres emprisonnés pour le meurtre de Khashoggi, Saoud al-Qahtani, ancien conseiller clé du prince héritier, a été libéré sans inculpation tout comme Ahmed al-Assiri, un conseiller de haut rang proche de la cour royale et ancien chef adjoint du renseignement, ainsi que Mohammad al-Otaibi, consul d’ général à au moment du meurtre. Ils ont été libérés sans inculpation faute de preuves, selon le communiqué du procureur.

Sur la base des enregistrements audio des conversations horribles entre l’équipe saoudienne de 15 hommes et enregistrés avant et pendant le meurtre, al-Otaibi était présent dans le bâtiment. Son appel téléphonique avec un responsable du bureau de Saoud al-Qahtani a révélé en détail les plans et les préparatifs établis entre le consulat saoudien à Istanbul et l’administration de Riyad. Les enregistrements sont la preuve que le meurtre de Khashoggi n’a pas été commis sans le consentement du prince héritier saoudien.

Un meurtre prémédité avec le consentement de

Khashoggi a été tué et démembré par un groupe d’agents saoudiens au consulat du pays à Istanbul le 2 octobre 2018. Initialement niant et minimisant l’incident comme un meurtre accidentel lors d’un échange de coups de poing, Riyad a finalement admis près de trois semaines après la disparition que Khashoggi a été assassiné de façon préméditée mais a nié toute implication de la famille royale. L’incident a été imputé à des responsables subalternes, dont 5 condamnés à mort parmi les 21 impliqués dans l’affaire.

Ankara a déclaré que les explications n’étaient pas satisfaisantes et a exigé une véritable coopération de Riyad. Le corps de Khashoggi n’a pas été retrouvé et le royaume est resté silencieux sur l’endroit où il se trouve. Selon le livre « Atrocités diplomatiques: les sombres secrets du meurtre de Khashoggi », écrit par les écrivains de Sabah, Abdurrahman Şimşek, Nazif Karaman et Ferhat Ünlü, le corps de Khashoggi a été démembré et sorti du bâtiment dans cinq valises.

Indignation après le verdict

Le rapporteur spécial des sur les exécutions extrajudiciaires, , a qualifié le procès de « parodie », déclarant dans une série de tweets : « Les tueurs sont coupables et condamnés à mort. Les cerveaux de l’opération sont libres. En outre, ils n’ont été qu’à peine inquiétés par l’enquête et le procès. C’est l’antithèse de la justice, c’est une parodie. L’impunité pour le meurtre d’un journaliste est révélateur de la répression , la corruption, l’abus de pouvoir, la propagande et même la complicité internationale dans cette affaire ».

Callamard a déclaré dans un rapport en août que l’État d’Arabie saoudite était responsable du meurtre. Le rapport a également trouvé des « preuves crédibles » qui ont lié le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane au meurtre de Khashoggi. Le rapporteur a indiqué qu’elle n’avait reçu aucune coopération de Riyad et une aide minimale des États-Unis.

La condamne le verdict

La Turquie a critiqué le verdict, affirmant qu’il ne répond pas aux attentes de faire la lumière sur le meurtre et de rendre la justice. La décision du tribunal saoudien « est loin de répondre aux attentes de notre pays et de la communauté internationale de faire la lumière sur le meurtre dans toutes ses dimensions et de rendre la justice », a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

L’Association turque des médias arabes a également réagi à cette décision, affirmant qu’elle visait « à clore le dossier plutôt qu’à l’éclairer et à soulager la conscience du public. Pour ces raisons, nous exprimons que ces fausses décisions … ne nous suffisent pas, et nous réitérons la question que nous nous posons constamment. Où est le corps de Jamal Khashoggi ? ».

Yasin Aktay, membre du parti turc au pouvoir, le Parti de la Justice et du Développement (AK Parti) et ami de Khashoggi, a critiqué le verdict, affirmant que le tribunal saoudien n’avait pas traduit les vrais auteurs en justice tout en déplorant que le procès n’ait pas été transparent.

Que pensez-vous de cet article ?

3



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action