FLASH INFO :

Quels sont les accords bilatéraux qui ont été signés ce vendredi entre la France et la Turquie?

ANALYSE - Lors de la visite officielle du président turc Recep Tayyip Erdoğan vendredi en France, un certain nombre d’accords ont été signés dans des domaines stratégiques.

Par Valérie Lemoult


Un accord pour l’accroissement de l’

La Türk Eximbank signe un accord de coopération avec la Bpifrance Assurance Export.

Les deux partenaires veulent consolider des garanties conjointes pour l’exportation de biens et services ainsi que pour les projets qui seront réalisés par la et la .

« La Türk Eximbank souhaite aider les compagnies turques à devenir plus compétitrices sur le plan , en augmentant leur accès à des ressources financières supplémentaires et à élargir leur éventail de services, en collaborant avec des compagnies étrangères », a indiqué un communiqué.

La Turquie choisit Eurosam pour définir son système de

Ce vendredi un contrat signé entre les sociétés turques Aselsan et Roketsan ainsi que la société franco-italienne Eurosam fait suite à un protocole d’accord de coopération signé en juillet 2017 par ce consortium, et qui porte sur l’étude de définition d’un futur système de missiles associant des versions encore plus performantes que le Aster 30 et le radar GM400 réunis sous la formule SAMP/T.

Eurosam réunit le constructeur européen de missiles MBDA (coentreprise entre Airbus, l’italien Leonardo et le britannique BAE Systems) et l’équipementier Thales, qui a pour principaux actionnaires l’Etat français et Dassault Aviation, le constructeur de l’ Rafale.

« Prévue pour durer 18 mois, l’étude de définition vise à préparer le contrat de développement et de production du futur système pour répondre aux besoins opérationnels de l’armée de l’air turque. L’activité de développement conjointe devrait soutenir le propre programme de la Turquie tout en ouvrant des perspectives d’export et de coopération à long terme entre la Turquie, l’Italie et la France », a précisé le consortium dans un communiqué.

Fin novembre, la Turquie a également annoncé qu’elle recevrait dès 2019 ses premiers missiles sol-air russes S-400, une livraison qui suscite des inquiétudes au sein des membres de l’OTAN notamment parce que ces armements ne peuvent pas être intégrés dans les systèmes de de l’alliance atlantique.

dit ne pas avoir d’autre choix que d’acheter les missiles russes en l’absence d’alternative meilleur marché au sein des pays de l’OTAN.

Que pensez-vous de cet article ?

2


NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

SONDAGE

  • Selon vous, le pasteur américain Brunson accusé d'espionnage en Turquie sera-t-il libéré ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

  • RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action