FLASH INFO :

Accord entre Erdoğan et Poutine pour créer une zone démilitarisée à Idlib

TURQUIE / RUSSIE - Le président Recep Tayyip Erdoğan et son homologue russe Vladimir Poutine ont déclaré lundi qu’ils s’étaient mis d’accord pour créer une zone tampon démilitarisée dans la province syrienne d’Idlib pour séparer les troupes du régime syrien des forces d’opposition.


, après avoir discuté avec Erdoğan dans sa résidence présidentielle dans la ville côtière de Sotchi, a déclaré que l’accord prévoyait que toutes les armes lourdes seraient retirées de la zone et que des groupes « radicaux », dont le front al-Nosra, devraient se tirer hors de la zone.

Poutine a déclaré que toutes les armes lourdes devaient être retirées de la zone avant le 10 octobre, selon la proposition d’Erdoğan. Cela comprend les chars, lance-roquettes, canons et mortiers de tous les groupes d’opposition.

La zone démilitarisée, qui aura 15 à 20 kilomètres de large, entrera en vigueur le 15 octobre, a indiqué M. Poutine.

Après la réunion, et Moscou ont signé un mémorandum d’accord prévoyant la stabilisation de la situation dans la zone de désescalade d’Idlib, dans laquelle les actes d’agression sont interdits.

« Je pense qu’avec ce mémorandum, nous avons empêché une grande crise humanitaire à Idlib », a déclaré Erdoğan.

Erdoğan a déclaré que la et la mèneraient des patrouilles conjointes le long du périmètre de la zone, ajoutant que la renforcerait les points d’observation dans la zone de désescalade d’Idlib.

« L’opposition restera dans les zones où elle est déjà présente. Nous veillerons à ce que des groupes radicaux n’opèrent pas dans la région », a-t-il déclaré.

Il a également indiqué que la Russie prendra les mesures nécessaires pour protéger la zone de désescalade à Idlib.

« La Russie et la Turquie ont réaffirmé leur détermination à lutter contre le en Syrie sous toutes ses formes. La mise en œuvre pratique des mesures prévues donnera une impulsion supplémentaire au processus de règlement politique du conflit syrien, accélérera les travaux sur la plate-forme de Genève et contribuera au retour de la paix sur la terre syrienne », a ajouté M. Poutine.

L’annonce a été faite après que les deux dirigeants ont tenu une réunion bilatérale, qui a été fermée aux médias et a duré environ une heure et 50 minutes.

M. Poutine a déclaré à Erdoğan lors de son allocution d’ouverture des agences de presse russes qu’il « chercherait des solutions là où il n’y en avait pas », sans mentionner Idlib.

« Je crois que notre déclaration commune à l’issue de cette réunion donnera un nouvel espoir à la région », a déclaré Erdoğan.

« Pour le moment, je crois que non seulement notre région mais aussi le monde regarde Sotchi aujourd’hui », a-t-il ajouté.

Erdoğan rencontrait lundi Poutine pour la deuxième fois seulement 10 jours après que la Russie et l’Iran ont exprimé leur soutien à l’idée d’une offensive sur Idlib.

La province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, est le plus grand bastion de l’opposition et la Turquie s’est empressée d’empêcher une éventuelle offensive du régime.

La Russie qualifie Idlib de foyer de terrorisme et affirme que le régime syrien a le droit de reprendre le contrôle. La Turquie a lancé un appel à la Russie et à l’Iran pour une résolution diplomatique du conflit. Dans le même temps, il a envoyé des renforts à ses troupes à Idlib, une mesure destinée à parer à un assaut au sol, du moins pour le moment.

Idlib et ses environs abritent plus de 3 millions de Syriens et environ 60 000 combattants de l’opposition.

Erdoğan et Poutine ont également discuté des relations entre la Turquie et la Russie, des problèmes économiques et énergétiques, ainsi que des problèmes régionaux et internationaux.

Poutine a déclaré lors de la réunion que les relations Turquie-Russie « se développent de manière positive ».

« En termes de commerce, la croissance est intense. Nos relations s’améliorent également en termes de sécurité régionale », a ajouté M. Poutine.

Erdoğan était accompagné du ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu, du ministre de l’Energie et des Ressources naturelles Fatih Dönmez, du ministre du Trésor et des Finances Berat , du ministre de la Hulusi Akar, du ministre du Commerce Ruhsar Pekcan, du Directeur de la présidence de la Communication Fahrettin Altun.

Parmi les membres de la délégation russe figuraient le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le ministre de l’Energie Aleksandr Novak, le ministre de la Défense Sergey Shoigu et le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action