FLASH INFO :

Abdülhamid II : Un sultan dont le souvenir est encore omniprésent en Turquie et au Moyen-Orient 100 ans après sa disparition

COMMÉMORATIONS - La Municipalité métropolitaine d’Istanbul a organisé jeudi un événement commémoratif à l’occasion du centenaire du décès du sultan Abdülhamid II. 52 descendants d’Abdülhamid II résidant en France, au Royaume-Uni, au Liban, en Arabie saoudite, en Autriche et au Mexique ont participé à l’événement. Le portrait d’un sultan visionnaire et hors du commun ayant marqué non seulement son époque mais aussi toute l’histoire de la Turquie et du monde musulman.

Par Öznur Küçüker Sirene


Le directeur général de la société anonyme sur la Culture de la Municipalité métropolitaine d’, Kemal Kaptaner, a déclaré que faisait partie des figures éminentes ayant marqué l’ de la mondiale.

Kaptaner a mis l’accent sur le fait qu’Abdülhamid II a toujours travaillé pour le progrès de son pays au lieu de se concentrer sur les débats politiques : « Avec tous ses efforts de , il a essayé d’atteindre le niveau des civilisations modernes. Ses œuvres et projets étaient d’une telle excellence qu’ils ont créé une conscience et identité historiques qui enthousiasment encore aujourd’hui les nations et Etats. Abdülhamid Han était un visionnaire. Les écoles qu’il a inaugurées, les usines et entreprises qu’il a fondées, les chemins de ferre et les routes qu’il a fait construire ont véritablement contribué au progrès du pays. Il a suivi de près les découvertes et innovations en mettant en service des institutions modernes. Pendant que les ennemis d’Abdülhamid II ont tout fait pour discréditer le sultan à travers des campagnes de diffamation et de propagande, nous observons qu’il a fait construire au total 552 oeuvres telles que des mosquées, masjid, médersas, hôpitaux, écoles, fontaines et ponts dont la plupart a été financé par ses propres fonds ».

Les efforts d’Abdülhamid II pour protéger et moderniser son pays font aujourd’hui l’objet d’une série télévisée turque intitulée « Payitaht : Abdülhamit » très populaire en Turquie

Abdülhamid II : un sultan visionnaire pourtant méconnu

Le dernier sultan à avoir véritablement régné dans l’Empire , Abdülhamid II arrive au pouvoir à l’âge de trente-trois ans alors que l’Empire vient d’entreprendre de profondes réformes de modernisation sous le nom des Tanzimat. Malgré un vaste Empire s’étendant de l’Adriatique au golfe Persique et du Caucase à l’Afrique du Nord, le pays qualifié de « l’homme malade de l’ » par les Occidentaux est fragilisé plus que jamais, ce qui lui coûte une lourde défaite face aux armées russes et de graves amputations territoriales du traité de Berlin.

Afin de remédier aux différents problèmes qui secouent le pays, Abdülhamid II tente par tous les moyens de moderniser l’Empire tout en renforçant un pouvoir considérable et inégalé jusqu’alors. Ses réformes sont osées dans une ambiance aussi chaotique dans le pays : Abdülhamid II est en effet à l’origine de la première constitution du pays, suivie par l’inauguration de la monarchie constitutionnelle voulue par les réformateurs turcs.

Dernier calife cherchant à réconcilier l’ avec la modernité et rêvant de faire de son pays une grande puissance musulmane, il est aussi à l’origine de nombreux projets de grande taille allant de la construction des écoles au développement des en commun à Istanbul. D’ailleurs relier l’Europe à l’Asie par un tunnel appelé « Tünel-i Bahri » était le rêve d’Abdülhamid II : un rêve devenu réalité plus d’un siècle plus tard avec l’ouverture du tunnel Avrasya (Eurasie) par le président turc Recep Tayyip Erdoğan.

Son attachement à l’Islam n’est pas bien accueilli par les milieux occidentaux à une époque particulièrement négative pour le monde musulman où de l’Afrique du Nord jusqu’en les peuples musulmans tombent sous une domination étrangère.

Selon François Georgeon, Directeur de recherche et responsable de l’équipe d’études turques et ottomanes au CNRS et l’auteur d’un ouvrage sur Abdülhamid II(2007), « Abdülhamid fut l’un des seuls leaders musulmans à résister avec un certain succès aux entreprises expansionnistes occidentales. Dès lors, il n’est pas étonnant qu’il ait pu concentrer sur lui les critiques et pour tout dire l’acrimonie des milieux occidentaux. »

Il existe des parallèles entre le traitement du dernier Sultan Abdülhamid II et du président turc Recep Tayyip Erdoğan par les Occidentaux.

Abdülhamid II fut destitué le le 27 avril 1909 par les Jeunes-Turcs. La fin de son règne est également celle de la monarchie ottomane et d’une dynastie vieille de plusieurs siècles.

Son souvenir fut immortalisé à travers ces mots : « Pendant 33 ans, j’ai travaillé pour mon pays et mon peuple. J’ai rendu service autant que j’ai pu. Mon juge est Allah et celui qui le jugera est le Messager d’Allah. Je rends ce pays comme je l’ai reçu. Je n’ai jamais donné un pouce de terre à personne. Je laisse Allah juger mon service. Malheureusement mes ennemis ont souhaité couvrir tous mes services d’un voile noir et ils l’ont réussi. »

Si Abdülhamid II fut longtemps présenté dans les cercles occidentaux comme un despote sanguinaire, il occupe aujourd’hui le cœur des débats concernant l’état actuel et l’avenir du monde musulman.

Otto von Bismarck semble l’avoir compris avant tout le monde: « Si la sagesse est de 100 grammes, Abdülhamid II en a les 90; j’en ai les 5 et le reste des dirigeants et hommes politiques en ont les 5 autres ».

 

Que pensez-vous de cet article ?

Love

391



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action