FLASH INFO :

5000 tonnes de tomates turques bloquées à la frontière russe

TURQUIE / RUSSIE - Des centaines de camions transportant environ 5.000 tonnes de tomates en provenance de Turquie sont bloqués depuis plus d’une semaine dans la zone tampon entre la Russie et l’Ukraine, attendant que la Russie augmente officiellement son quota de tomates turques.


Des centaines de camions, transportant environ 5.000 tonnes de tomates en provenance de , sont bloqués depuis plus d’une semaine dans la zone tampon entre la et l’Ukraine, attendant que la augmente officiellement son quota de tomates turques.

En février, les producteurs turcs ont commencé à envoyer des produits supplémentaires à la frontière russe, après avoir reçu des informations selon lesquelles le ministère russe de l’Agriculture devait augmenter le quota d’importation de tomates de Turquie, de 50.000 tonnes à 200.000 tonnes. Cependant, aucune déclaration officielle n’a encore été faite, laissant en attente des milliers de tonnes de tomates à la frontière russe, au risque d’être gaspillées.

« La Russie a déjà renvoyé un navire chargé de tomates du port russe de Tuapse vers le port de Samsun en Turquie », ont déclaré des exportateurs turcs. « Les entreprises exportatrices attendent toujours une déclaration officielle de la partie russe concernant l’augmentation des quotas », ont-ils ajouté.

Fin janvier, le ministère russe de l’Agriculture avait proposé d’augmenter le quota d’importation de tomates de la Turquie, mais la proposition n’a, à ce jour, pas encore été approuvée par le cabinet.

Hakkı Bahar, président de l’Union des exportateurs de la occidentale (BAİB), a déclaré que le syndicat avait continué d’informer les entreprises exportatrices turques sur le quota restant. « Après un récent spécifiant un quota supplémentaire, les exportateurs turcs ont continué d’envoyer leurs produits », a déclaré Bahar.

Bahar a critiqué le ministère russe de l’Agriculture pour ne pas avoir précisé la période concernée par le quota d’importation sur les tomates turques et a exhorté Moscou à supprimer complètement les restrictions. « Une question aussi mineure que les importations de tomates ne devrait pas créer de tensions dans les relations entre la Russie et la Turquie », a-t-il ajouté.

Il a également averti les exportateurs agricoles turcs de ne plus envoyer de produits tant qu’une déclaration officielle n’aurait pas été faite.

Ali Uçak, propriétaire de l’une des sociétés exportatrices dont le camion est bloqué dans la zone tampon, a déclaré que la Russie avait cessé d’accepter les importations de tomates le 8 février et qu’environ 250 camions attendaient depuis à la frontière.

Uçak a déclaré que chaque camion transportait environ 20 tonnes de tomates, ayant une durée de conservation de 15 jours, et a averti que les produits seront perdus s’ils ne traversent pas la frontière russe dans les deux jours à venir.

« Les exportateurs turcs subiront une perte financière d’environ 20 à 30 millions de dollars si la Russie n’augmente pas immédiatement le quota », a déclaré Uçak.

Certaines des entreprises exportatrices ont déjà fait revenir leurs camions en Turquie, tandis que d’autres essaient de les vendre sur le marché ukrainien.

En novembre 2015, la Turquie avait abattu un de chasse russe, qui avait violé son espace aérien. Après l’incident, la Russie avait interdit les importations de fruits et légumes turcs, dont les tomates, les oranges, les pommes, les abricots, le chou, le brocoli, les mandarines, les poires, les pêches, les concombres, les prunes, les fraises, les oignons et les clous de girofle. Par la suite, la Russie avait assoupli les sanctions commerciales contre la Turquie durant l’été 2017, mais avait alors fixé des quotas. Depuis, les de fruits et légumes frais turcs vers la Russie ont régulièrement augmenté.

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action